Mali/Uemoa : l'émission obligataire sauvée in extremis

 |   |  505  mots
(Crédits : Susana Vera)
L'enchère de l'émission d'obligations assimilables du Trésor du Mali organisée ce vendredi 4 août 2017 dans le but de mobiliser 17 milliards de francs CFA, ne s'est pas déroulée comme prévu. En raison des incidents techniques liés à l'application Sagetil-Umoa, l'opération s'est finalement déroulée par mails.

Journée de malaise ce vendredi 4 août 2017 à l'agence UMOA-Titres à Dakar dans la capitale sénégalaise. Alors que les investisseurs de l'espace de l'Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA) se préparaient à souscrire à l'adjudication d'obligations assimilables du Trésor du Mali, un incident technique est survenu.

L'outil de souscription dénommé Sagetil-Umoa a connu un dysfonctionnement qui a empêché l'ouverture de l'enchère. « Compte tenu d'un incident technique survenu ce jour avec l'outil Sagetil, l'enchère du titre de l'Etat du Mali risque de ne pas être ouverte... Nous nous excusons pour ce désagrément et restons à votre entière disposition pour toute information complémentaire », a déclaré le directeur de l'agence Umoa-Titres, Adrien Diouf, vendredi dans la matinée, dans une déclaration rendue publique sur le site internet de l'agence. Celle-ci a dû faire recours à une souscription par mail.

L'opération ne pouvait pas ne pas se tenir. Après avoir averti du risque de non ouverture, Diouf a recommandé aux souscripteurs de se tourner vers le mail pour leur opération. « Afin de vous permettre de placer vos soumissions sur ce titre, nous vous prions de bien vouloir adresser un mail à la Direction Nationale de la Banque centrale des Etats de l'Afrique de l'ouest (BCEAO) à laquelle vous êtes rattachés en mettant l'agence UMOA-Titres en copie », a-t-il déclaré, préconisant par la même occasion aux investisseurs d'ajouter à leurs soumissions quelques informations supplémentaires.

«Il conviendra de demander le placement de vos soumissions en précisant les éléments suivants : montant de la soumission, prix et compte propre ou compte tiers», a-t-il averti.

Probables conséquences

En attendant le rapport sur cette descente malienne sur le marché financier de l'Uemoa ce vendredi pour en avoir les idées claires, certains observateurs pensent déjà que cette difficulté technique pourrait ne pas être sans conséquence. Il est peu probable selon eux, que la recommandation de l'agence Umoa-Titres sur l'incident technique ait touché en temps réel tous les investisseurs intéressés ; ainsi certains n'auraient peut-être pas pu souscrire.

Rappelons que l'appel d'offres du Mali portait sur une tentative de lever 17 milliards de francs CFA. Pour particularité, la valeur nominale unitaire de chaque titre émis était de 10.000 francs CFA avec un taux d'intérêt de 6,15% pour une maturité de 5 ans. Les 25% du montant mis en adjudication étaient offerts sous forme d'Offres non compétitives (ONC) aux Spécialistes en valeurs du trésor (SVT) habilités de l'émetteur.

Quant au remboursement des obligations, il se fera par amortissement annuel constant après un différé de trois ans alors que le paiement des intérêts se fera annuellement sur la base d'un taux de 6,15% l'an, dès la première année. Aussi, si le dépôt des soumissions a été ouvert ce vendredi, la date de valeur des offres est par contre fixée au lundi 8 août 2017 et la date d'échéance fixée au dimanche 7 août 2022.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :