Pétrole - Tchad : ExxonMobil suspend un site de production face à la fronde des salariés

Au Tchad, ExxonMobil a temporairement fermé son site de production pétrolière de Doba et réduit son personnel, au moment la levée de boucliers de ses employés se poursuit. Ceux-ci dénoncent la non-garantie d’une indemnisation conséquente en cas de rupture de leurs contrats dans le cadre de la vente des actifs de la firme américaine au britannique Savannah Energy.

2 mn

(Crédits : DR)

« Pour la sécurité de nos employés et sous-traitants, la filiale d'ExxonMobil, Esso Exploration and Production Chad, a temporairement fermé son site de production et réduit ses effectifs à N'Djamena au personnel essentiel ». C'est en ces termes que la firme américaine s'est exprimée mercredi 20 octobre dans un communiqué consulté par Reuters. Cette décision fait suite, selon les précisions de Tchad Infos, à la manifestations des employés qui se serait soldée par quelques attaques des installations de la compagnie pétrolière.

Une brouille qui dure depuis quatre mois

ExxonMobil suspend ainsi une partie de sa production au moment où la fronde qui l'oppose à ses équipes se poursuit. Depuis juin dernier en effet, les salariés de la firme américaine -au nombre d'environ 300- ont organisé plusieurs grèves. En cause, le projet de vente de tous les actifs d'ExxonMobil au britannique Savannah Energy qui ne leur garantit pas des indemnités de départ conséquentes en cas de rupture de leurs contrats de travail, après la conclusion du deal en cours de négociation. L'employeur prévoirait de leur verser deux mois de salaires, tandis que les salariés -qui disposent d'une ancienneté équivalente aux 18 ans d'activités locales du géant américain- réclament « deux mois et demi par année d'activité avec un minimum de dix-huit mois ».

Lire aussi 7 mnMahaman L. Gaya : « L'Afrique peut défier l'Arabie Saoudite, les Etats-Unis et la Russie si son pétrole est stratégiquement exploité »

Actif à Doba depuis 2003, ExxonMobil y produit en moyenne 33 700 barils par jour. La suspension d'une partie de sa production représente donc un coup majeur à la production nationale, normalement de 120 000 barils par jour.

2 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.