Minim-Martap : un gisement « de classe mondiale » au cœur de la stratégie minière camerounaise

 |   |  493  mots
(Crédits : Reuters)
Reportée à plusieurs reprises, l’exploitation du gisement de Minim-Martap, le grand projet de bauxite du Cameroun, est programmée pour 2022. Une évaluation récente du projet, repris par la compagnie minière australienne Canyon Resources, place ses réserves parmi les plus importantes au monde.

En attente depuis plusieurs années, l'exploitation du gisement de bauxite de Minim-Martap est annoncée pour 2022. L'information a été distillée par le manager du projet, James Durant, lors d'une visite de terrain le 13 février dernier. Le développement du projet a été confié à la société australienne Canyon Resources, représentée par sa filiale camerounaise Camalco. L'information relayée par le site investir au Cameroun fait état de la présence sur place d'experts en logistique environnementale, ferroviaire et minière, du 13 au 14 février, dans le but de boucler l'étude de préfaisabilité du projet au deuxième trimestre 2020.

Dans un rapport de mise à jour de septembre 2019, Canyon Resources s'est félicité de la hausse globale des ressources par rapport à la précédente estimation, à travers un communiqué. Les tests révélés par la compagnie ont montré que la mise à niveau des ressources confirme le statut de Minim-Martap comme gisement de classe mondiale. Des quantités susceptibles d'être de nouveau revenues à la hausse, sachant que plus de 50% des plateaux explorables ne sont pas encore forés.

Un gisement de classe mondiale

Au début, Cameroun Aluminium (CAL), l'ancien détenteur des permis d'exploration des gisements de Minim-Martap, Ngaoundal et Makan, avait identifié 14 plateaux. Des permis repris par Camalco, qui a identifié 65 plateaux de bauxites supplémentaires, portant à 79 le nombre des plateaux de bauxites du gisement. La compagnie minière junior australienne a aussi révisé à la hausse les 550 millions de tonnes annoncées au préalable par Cameroon Alumina et évalue le potentiel de Minim-Martap et Ngaoundal à 892 millions de tonnes, après analyse de 16 plateaux. L'étude des plateaux restants devrait porter les quantités du gisement à 2 milliards de tonnes de bauxite. Ces données classent le gisement camerounais parmi les plus importants au monde, à des niveaux comparables à ceux des plateaux de bauxites de la Guinée qui détient plus de 2/3 des réserves mondiales du minerai.

Un projet stratégiquement situé

Minim Bauxite

L'autre aspect est relatif à la position stratégique du projet. Situé dans la région d'Adamawa, aux côtés du projet de bauxite Birsok également détenu par Canyon Resources, le projet comprend les gisements de Ngouandal et Minim-Martap, situés à moins de 25 km les uns des autres, sur des permis d'une superficie totale de 1349 km2. Des permis d'exploration valables pour une période de trois ans. Les travaux antérieurs réalisés par Canyon Resources sur le projet Birsok contigu de Minim- Martap, ont permis à la compagnie minière australienne de mieux comprendre les caractéristiques physiques et géochimiques de la bauxite locale. Cette dernière est considérée comme généralement riche en alumine avec une gibbsite élevée, faible en silice réactive, en boehemite et autres contaminants.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/03/2020 à 10:45 :
Je ne tiendrais pas mon souffle pendant que ce projet se réalise.

Il reste tellement beaucoup à faire avant que cette ressource ne devienne rentable. La meilleure ressource de bauxite ne veut rien dire, il existe de nombreuses régions et pays avec d'excellentes ressources éprouvées, mais pas économiques pour investir ... pourquoi? Très simple à expliquer, compliqué à exécuter.

En bref, de nombreuses étapes et de nombreuses années sont nécessaires jusqu'à ce que les investisseurs puissent récupérer les bénéfices de l'argent qu'ils investissent. Si une étape pose un problème en cours de route, elle devient une entreprise déficitaire. C'est pourquoi les investisseurs s'enfuient.

Permettez-moi d'expliquer ... si le permis d'exploration est terminé, ils doivent obtenir le permis minier.

Si par hasard, toutes les parties sont satisfaites et que le permis d'exploitation est accordé, les projets d'immobilisations explosent presque toujours en coûts, explosent en retards de construction ..... et finissent par ne pas être rentables pour les investisseurs.

Dans l'intervalle, chaque fois qu'il y a un changement de régime, les promesses doivent être renégociées pour permettre le remboursement des lourdes dépenses initiales avant le paiement de tous les types de taxes et de droits.

C'est vraiment une entreprise rentable pour le peuple et le gouvernement, mais pas pour les investisseurs.

Il ne sert qu'à fournir des emplois à la population, et à fournir des impôts sur les salaires et des redevances au gouvernement et des pertes aux investisseurs pour qu'ils doivent investir beaucoup d'argent et ne pas voir un profit revenir pendant de nombreuses années.

C'est pourquoi tous les 10 ans, quelqu'un vient réessayer, et à nouveau comme les précédents qui ont essayé, cela est promu dans les actualités comme le plus grand et le meilleur futur site minier, tout le monde est excité ..... puis à nouveau annulé .... 3x10 = 30 ans et plus.

Créer un environnement pour que le projet soit une victoire pour tous, y compris les investisseurs, fait beaucoup plus pour le pays, il place le pays sur le piéd mondial comme un lieu propice pour plus d'investissement.

Cela amène d'autres investisseurs pour d'autres projets dont personne ne pense, créant plus d'emplois, plus de progrès, plus de développement ...

Espérons que cela ne prendra pas encore 30 ans, espérons que quelque chose changera cette fois ci.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :