La Sonangol dénonce une campagne visant à nuire à l’image d’Isabel Dos Santos

 |   |  337  mots
(Crédits : Reuters)
Lundi dernier, un article du média Maka Angola critiquait la gestion par Isabel Dos Santos de la Sonangol, la compagnie pétrolière nationale angolaise, faisant notamment état de la rémunération « secrète » et expansive des membres du conseil d’administration et d’une soixantaine de consultants portugais. Hier jeudi, la compagne a dénoncé une une campagne visant à nuire à l’image sa présidente.

C'est un communiqué très pointilleux dont s'est fendu la Sonangol hier, jeudi 23 mars, en fin d'après-midi. La compagnie pétrolière nationale angolaise répond ainsi aux « révélations » faites dans un article du média Maka Angola qui accusait, lundi 20 mars, la présidente Isabel Dos Santos de gestion « opaque ».

L'article faisait état d'une rémunération secrète des membres du conseil d'administration et d'une soixantaine de consultants portugais qui seraient rémunérés par la filiale londonienne de la compagnie via les comptes de cette dernière chez Investec Bank à Maurice et à Hong Kong.

Mais ces allégations, la Sonangol les dément formellement.

« La rémunération du conseil d'administration actuel est conforme à la précédente et n'a été mis à jour en temps opportun, conformément à l'inflation et les pratiques de l'industrie », indique le communiqué, soulignant que tous les livres de paie de la Sonangol sont communiqué au ministère du Pétrole et que la comptabilité des charges de tout le personnel apparait « naturellement » dans les rapport d'activité de la société.

« Le régime de rémunération des membres du conseil d'administration est le même pour tous les membres du conseil d'administration et ces nationaux ou étrangers », indique encore le communiqué dénonçant une « campagne xénophobe et ultra-nationaliste » contre les employés étrangers de la société.

Selon la Sonangol, ces « attaques » ne visent qu'à « détourner l'attention de l'essentiel : la mise en œuvre d'un programme ambitieux de restructuration qui vise à redonner au pétrole son rôle de promoteur de l'économie angolaise via le concours des meilleurs professionnels ».

La compagnie dénonce également « plusieurs fausses déclarations » véhiculées par Maka Angola et l'auteur de ces articles et le journaliste et activiste angolais Rafael Marques « dans le seul but de dénigrer et de nuire à l'image de la présidente de la Sonangol Isabel Sonangol dos Santos, qui est la plupart du temps personnellement visée par les accusations ».

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :