Emmerson lève des fonds pour un projet de potasse marocain

 |   |  332  mots
Le directeur de l'usine examine une pile de potasse traitée à l'installation de stockage de la mine Mosaic Potash Colonsay à Colonsay, en Saskatchewan.
Le directeur de l'usine examine une pile de potasse traitée à l'installation de stockage de la mine Mosaic Potash Colonsay à Colonsay, en Saskatchewan. (Crédits : Reuters)
La compagnie minière Emmerson a vu ses actions bondir de plus de 60% dans la journée du lundi 04 mai après que le groupe coté à Londres ait levé 6 millions de livres, soit 8,04 millions de dollars en émettant 200 millions de nouvelles actions. Des fonds destinés en principe au développement du projet Khemisset Potash dans le nord du Maroc.

Les actions d'Emmerson ont bondi lundi après avoir été réadmises sur le marché principal de Londres suite à l'achèvement de l'acquisition de Moroccan Salts. La compagnie minière Emmerson avait interrompu sa cotation, en octobre dernier, lorsqu'elle est devenue propriétaire à 100% du projet de potasse à Khémisset dans le nord du Maroc. Après l'annonce de ce lundi, les actions du groupe ont bondi à 62% à la London Stock Exchange et Emmerson a déclaré qu'il prévoyait initialement de lever 4 millions de livres. Enumérant les avantages de son acquisition marocaine, la compagnie minière a indiqué que les avantages du projet Khémisset comprennent des ressources peu profondes, peu coûteuses à exploiter et un emplacement stratégique au royaume où la demande de potasse devrait augmenter et qui offre un accès rapide à l'Europe et à d'autres marchés importants.

«Du point de vue du transport, nous avons un avantage concurrentiel inattaquable», a déclaré le PDG d'Emmerson, Hayden Locke à Reuters.

Ce dernier a également annoncé que le projet en est juste à sa phase initiale et qu'une enveloppe de 20 millions de dollars lui a été déjà affectée. Ce qui signifie qu'il pourrait être finalisé dans les quatre prochaines années. En attendant cette échéance, Hayden Locke table sur un redressement des prix de la potasse qui se sont effondrés il y a deux ans et connaissent aujourd'hui une certaine embellie. Sur cette lancée, il prédit une augmentation de la demande fondée sur les tendances démographiques.

«Les objectifs mondiaux de sécurité alimentaire ne peuvent être atteints sans l'utilisation importante d'engrais» , a-t-il déclaré.

Cependant, l'activité de la potasse reste un secteur concurrentiel et difficile même pour les plus grandes entreprises. D'ailleurs, la plus grande société minière cotée au monde, BHP, envisage de vendre une participation dans sa mine de potasse canadienne, ce qui, selon les analystes, l'aiderait à mieux partager le risque de développement d'un gisement très profond.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :