Nigeria : la bourse de Lagos entame l’année en trombe, mais suscite des inquiétudes

 |   |  562  mots
(Crédits : DR.)
L’année 2018 semble sourire au secteur financier nigérian qui affiche son meilleur rendement des 10 dernières années. Les titres nigérians séduisent tant au niveau du marché domestique qu'à l’international. Il n’empêche que cet optimisme n’est pas partagé par le secteur bancaire, notamment par les analystes de HSBC.

L'indice boursier du Nigeria a débuté cette année sur les chapeaux de roues, bondissant de 12% ce qui représente la meilleure performance de la place de Lagos depuis 2008. Un mouvement positif cumulé jusqu'au vendredi 12 janvier 2018, qui s'est stabilisé après qu'une partie des investisseurs aient choisis de sécuriser leurs bénéfices, redoutant un renversement de tendance.

Titres abordables et à fort potentiels de rendement

En tout, vingt-neuf sociétés affichaient une hausse de leurs valorisation à la clôture des échanges, contre 46 à la mi-séance. Dangote Cement représente la plus importante performance de cette journée. Ce trend de la place de Lagos devrait se maintenir grâce à la hausse des prix du pétrole et à l'attractivité des actions nigérianes pour les investisseurs internationaux en quêtes de titres abordables et à fort potentiel de rendement.

Les cabinets de courtage et de gestion d'actifs, notamment sud-africains (très actifs sur la place de Lagos), s'attendent à ce que ce mouvement positif se maintiennent jusqu'en mars. Cet attrait des investisseurs pour les titres nigérians s'est également fait ressentir du côté de New York où le FNB Global X MSCI Nigeria a permis d'augmenter sa capitalisation boursière de près de 90 millions de dollars. L'engouement pour les titres nigérians s'explique principalement par un ratio cours/bénéfice prévisionnel attractif, à 10,2.

L'attractivité des titres nigérians dénote avec la méfiance des investisseurs pour les mêmes actions après le crash pétrolier de 2014 et la récession qui s'en est suivie. Les réformes économiques entreprises lors des 2 dernières années ont permis à l'économie nigériane de reprendre des couleurs et devrait renouer avec la croissance en 2019, avec un taux de croissance prévisionnel de 2,1% selon le FMI. Il n'empêche que certains acteurs ne partagent pas cet engouement et appellent à la méfiance.

HSBC en tête des « Nigera-sceptiques »

Cette suspicion provient essentiellement du secteur bancaire, qui craint les effets que pourrait avoir une baisse soudaine des prix du pétrole. En tête des « Nigeria-sceptiques », l'on retrouve HSBC Holdings qui estime qu'Abuja devrait aller plus loin dans la libéralisation de sa monnaie pour attirer plus d'investissements. La banque britannique ne semble pas se satisfaire de l'assouplissement des contrôles de capitaux consentis par la Banque centrale nigériane en 2017.

La mise en place du Nafex, un guichet en faveur des négociants de portefeuille étrangers (investisseurs et importateurs) opérant à plusieurs taux de change, qui a enregistré 26,2 milliards de dollars depuis son introduction en avril dernier reste loin de convaincre HSBC. « Le système de taux de change multiples du Nigeria devrait rester un frein majeur, mettant les investisseurs à long terme à l'écart » ont avertis les analystes de HSBC, dans une note publiée le 11 janvier dernier.

Cet avis négatif de HSBC a eu pour effet d'échauder les banques nigérianes dont les titres étaient les seules à avoir décroché lors de la journée du 12 janvier, en témoigne l'Indice des 10 prêteurs du Nigeria qui a perdu 2,23%, notamment la Zenith Bank qui a accusé une baisse de 5,3%. Le scepticisme des banques n'a pas entamé l'enthousiasme pour la place de Lagos, en témoigne la décision du groupe d'agrobusiness, Flour Mills of Nigeria d'introduire 39,86 milliards de nairas en actions fraîches dès ce 15 janvier.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/02/2018 à 10:28 :
Je voudrais la plate-forme de la bourse du Nigéria pour éventuellement trader. merci

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :