Levée obligataire : le Cameroun, le Tchad et le Gabon sur le marché de la BEAC, ce mercredi

Le Cameroun, le Tchad et le Gabon seront présents sur le marché financier de la Banque des Etats de l'Afrique centrale, ce mercredi 7 juin 2017. Les trois pays d'Afrique centrale y essayeront de mobiliser entre 39 et 44 milliards de francs CFA. Une décision qui reflète les performances du marché obligataire de la Banque, très dynamique depuis 2015.
(Crédits : DR.)

La journée de ce 7 juin 2017 sera immanquablement peu habituelle sur le marché des titres de la Banque des Etats de l'Afrique centrale (BEAC). Trois grands Etats de l'Afrique centrale s'y donnent rendez-vous. Il s'agit du Cameroun, du Tchad et du Gabon qui tenteront de rassembler entre 39 et 44 milliards de francs CFA sur le marché de la Banque.

D'après le ministère camerounais des Finances, les autorités du Cameroun se retournent ce mercredi vers le marché des titres publics de la BEAC pour mobiliser une enveloppe de  5 milliards de francs CFA. A ce propos, le gouvernement camerounais fera une émission de bons du Trésor assimilables (BTA) d'une maturité de 26 semaines.

Les Trésors publics gabonais et tchadien enclencheront, le même jour et sur le marché, des opérations de mobilisation de fonds sur le même marché. D'après un communiqué rendu public de la BEAC, il s'agit pour le Gabon d'une initiative pour laquelle le gouvernement a fait une émission de BTA d'une maturité de 13 semaines pour lever 9 milliards de francs CFA.

Pour le Tchad, le gouvernement a pour objectif de mobiliser une enveloppe globale estimée entre 25 et 30 milliards de francs CFA. Pour y arriver, l'Etat tchadien a lancé une émission d'obligation du trésor assimilable (OTA) d'une maturité de 2 ans, avec un taux d'intérêt de 4,5% servi aux souscripteurs. Les trois opérations des trois pays d'Afrique viennent gonfler le volume financier déjà mobilisé du marché de la Banque.

La crise des prix du pétrole en toile de fond

Lancé en novembre 2011, le marché des titres publics de la BEAC est parvenu à mobiliser, sur une durée relativement réduite, toute l'attention des pays de la zone de la Communauté économique et monétaire des Etats d'Afrique centrale (CEMAC).

Depuis les débuts de la BEAC, les Etats y ont déjà mobilisé près de 4 000 milliards de francs CFA. Les opérations de levée de fonds se sont surtout accentuées depuis 2015, avec comme conséquence une meilleure dynamique pour le marché. Ce rythme de levées s'explique surtout par la crise des prix de pétrole et son impact sur les économies des six Etats de la CEMAC, dont la majorité reste économiquement dépendante de ce secteur.

D'après la BEAC, les titres émis sur son marché sont «dématérialisés» et «assimilables» (BTA et des OTA). Les premiers sont émis pour des durées de « maturité de  13, 26 et 25 semaines, dont la valeur nominale est fixée à 1 million de francs CFA et dont les intérêts sont précomptés». Les OTA eux sont émises pour des durées de maturités «supérieures ou égales à deux ans, pour une valeur nominale de 10 000 francs CFA et dont les intérêts sont payables annuellement».

Les femmes africaines face au saut technologique

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.