Le Sénégal occupe la première place sur le marché boursier de l'UEMOA

L'Etat Sénégalais règne en maître sur le marché financier régional. Entre 2005 et 2016, en neuf occasions, Dakar est intervenue pour mobiliser près de 801,2 milliards de francs FCA, a-t-on appris du Secrétaire général du ministre de l'Economie Cheikh Tidiane Diop. Et plusieurs entreprises sénégalaises ont dernièrement eu recours à la bourse pour leur financement.

3 mn

(Crédits : Reuters)

Le Secrétaire général du ministère des finances a tenu à rappeler cette semaine les mouvements financiers énormes du Sénégal, dans la sous-région. Selon lui, entre 2005 et 2016, l'Etat du Sénégal est intervenu sur le marché financier régional à neuf reprises pour un montant d'environ 801,2 milliards de FCfa, « dont 551,2 milliards de FCfa par emprunts obligataires et 250 milliards de FCfa par émissions de Sukuk. Ce qui fait du Sénégal, avec la Côte d'Ivoire, le pays ayant le plus grand nombre de sociétés cotées et ayant réalisé le plus d'émissions sur le marché obligataire », a assuré Cheikh Tidiane Diop. Dans cette perspective, il ajoute que le Sénégal a vite compris les opportunités de financement offertes par le marché financier comme alternative au découvert statutaire de la BCEAO qui était consenti aux Etats.

En effet, à en croire le Secrétaire général du ministère des Finances, des sociétés sénégalaises telles que la Sonatel, le port autonome de Dakar, Total Sénégal, Bank of Africa Sénégal, Matforce etc., ont dû aussi se tourner vers le marché financier notamment pour la prise en charge d'investissements de production. Il a souligné que la création du Marché Financier Régional « est l'une des réformes les plus importantes que l'Union Monétaire ouest africaine (UMOA) a connu depuis sa création et de me réjouir des bons résultats obtenus par notre marché financier malgré sa jeunesse ».

Une opportunité pour le développement du Sénégal

Au regard des nombreuses mutations économiques et financières que connait le monde depuis environ une dizaine d'années, le rôle des marchés de capitaux dans le financement à long-terme et la soutenabilité de la croissance est de plus en plus mis en évidence. Et le Sénégal semble opté pour cette politique. A en croire l'Etat sénégalais, toutes ces opérations ont contribué au financement de projets structurants au Sénégal. En effet, cette facilité d'emprunt offre aux investisseurs des opportunités de placement sûrs et attractifs. « Entre 1998 et 2015, 4 924 milliards de ressources ont été mobilisées dont 4 253 sous forme d'emprunts obligataires et 671 sous forme d'émissions d'actions, soit 38 % des crédits accordés à l'économie par les banques », affirme M. Cheikh Tidiane Diop.

Rappelons que 41 sociétés sont cotées à la Bourse Régionale des Valeurs Mobilières (Brvm), pour une capitalisation de près de 7 500 milliards de FCFA, soit 14,42 % du PIB de l'UEMOA.   Annoncée comme l'une des économies du moment dans l'Uemoa, le Sénégal pourrait encore plus profiter de ce dynamisme. Le Sénégal étant le premier pays à offrir « la première société cotée, Sonatel, qui est la première capitalisation de la Brvm avec plus de 2.415 milliards de FCFA ». M. Diop explique que des entreprises sénégalaises telles que SONATEL, PAD, TOTAL Sénégal, BOA Sénégal, MATFORCE, ont également eu recours au marché notamment pour le financement d'investissement de production. D'après lui, toutes ces opérations ont contribué au financement de projets structurants « dans notre pays tout en offrant aux investisseurs des opportunités de placement sûrs et attractifs ».

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 1
à écrit le 25/05/2017 à 3:51
Signaler
comment intégrer le marché boursier

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.