Banques : au Nigeria, le régulateur limoge le conseil d’administration de la FirstBank, numéro trois du secteur

 |  | 386 mots
Lecture 2 min.
(Crédits : DR)
Le conseil d’administration de la First Bank of Nigeria (dite FirstBank) avait renouvelé la direction générale à l’insu de la Banque centrale alors que celle-ci est impliqué dans sa gestion depuis 2016, en raison de ses difficultés.

La Banque centrale du Nigeria (CBN) a limogé jeudi 29 avril l'ensemble du conseil d'administration de la First Bank of Nigeria (FBN), a annoncé Godwin Emefiele, président de la CBN jeudi, lors d'une conférence de presse. Leur faute : avoir opérer des « changements radicaux au sein de la direction générale sans engagement et / ou préavis aux autorités de régulation », a ajouté le président qui a immédiatement présenté les nouveaux administrateurs de la troisième banque du pays.

Mercredi, une note signée par la célèbre présidente de FBN, Ibukun Awosika, annonçait la nomination d'un nouveau directeur général, en remplacement d'Adesola Adedutan.

La Banque centrale estime que ce genre de pratique « envoie un signal négatif en ce qui concerne la stabilité du leadership au sein du conseil d'administration et de la direction de la banque ». Ainsi, le régulateur a reconduit Adedutan dans ses fonctions de DG.

Au Nigeria, la loi autorise la Banque centrale à limoger les dirigeants de banque. Et c'est un droit dont le régulateur use sans hésitation de temps en temps comme lors de la crise financière mondiale de 2008-2009 où il a démis de leurs fonctions neuf patrons de banques sous capitalisées ou encore en 2016 lors d'une opération de chaises musicales à la tête de Skye Bank.

Une banque historique en difficultés depuis quelques années

La FBN est en difficultés depuis plusieurs années en raison notamment « des mauvaises décisions de crédit, des prêts importants et non performants et des mauvaises pratiques de gouvernance d'entreprise », a expliqué Godwin Emefiele en conférence de presse. En 2016, la banque centrale a dû, conformément à la loi, s'impliquer dans sa gestion.

Aujourd'hui, il est surtout question pour le régulateur de « préserver la stabilité » de l'une des banques historiques du Nigeria. Fondée en 1894 et comptant plus de 31 millions de clients et des dépôts de plus de 4,2 trillions de nairas, la Banque centrale entend également « protéger les actionnaires minoritaires et les déposants ».

« Les mesures prises visent à renforcer la banque et à la positionner en tant que géant du secteur bancaire », a ajouté le président de la Banque centrale.

Article mis à jour le 30.04.2021 à 19:58.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :