Banque : UBA se restructure pour amplifier sa dimension panafricaine

 |   |  329  mots
(Crédits : DR)
Premier employeur du secteur bancaire nigérian présent dans 20 pays d’Afrique et trois d’Europe, United Bank of Africa (UBA) a récemment engagé un plan de restructuration visant à renforcer sa dimension panafricaine. Des réaménagements de postes au niveau de ses activités africaines, de banque internationale mais aussi de banque de détails interviennent pour accélérer la stratégie.

Quand il pense à United Bank of Africa (UBA) d'ici les prochaines années, Tony Elumelu voit un groupe bancaire présent partout sur le Continent. Pour y arriver, UBA s'est récemment restructuré tant sur le plan organisationnel. C'est suivant cette logique que le groupe vient de nommer trois anciens de la maison Oliver Alawuba, directeur général Afrique et Chukwuma Nweke, directeur exécutif de la banque du détail et des paiements. Arrivé de chez Ecobank en mai 2019 en tant que directeur non exécutif, le Sénégalais Abdoul-Aziz Dia devient directeur exécutif de la trésorerie et des opérations bancaires internationales. Le Nigerian Chiugo Ndubisi, débauché quant à lui de chez Diamond Bank, prendra le poste de directeur exécutif du groupe et chef de l'exploitation

« Nous nous concentrons sur l'amélioration de notre efficacité et sur le renforcement de notre mission panafricaine, en utilisant l'extraordinaire vivier de talents et d'expériences disponibles dans le Groupe », a déclaré Tony Elumelu, président de UBA Group, comme pour résumer la feuille route de ces nouveaux leaders.

Lire aussi : Banques : les géants américains en Afrique plus risquophobes qu'on ne l'imaginait ? (2/2)

Premier employeur bancaire au Nigéria, UBA qui a célébré ses 70 ans en 2019, a mené à partir de 2008 une expansion africaine qui a lui permis de s'implanter à ce jour dans 20 pays du Continent et trois occidentaux (France, Royaume-Uni, Etats-Unis). Cette expansion devrait activement se poursuivre en 2020 avec non seulement la conquête de nouveaux marchés, mais aussi l'amélioration de sa couverture dans les pays où la banque est déjà présente.

En 2018, les actifs du groupe ont grimpé de 20%, tandis que le profit avant impôt, en hausse de 7%, s'est établi à 107 milliards de nairas. Au premier semestre 2019, ses résultats avant impôt étaient en hausse de 20% à 70,2 milliards de nairas.

Lire aussi : 2020-2030 : la décennie d'une guerre économique remodelée par les Etats-stratèges africains

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :