Centres de données opérationnels : les banques tanzaniennes risquent de lourdes amendes

 |   |  355  mots
(Crédits : DR.)
La banque centrale tanzanienne a donné trois mois aux banques et aux institutions financières pour établir localement leurs centres de données opérationnels. Ces établissements de crédit notamment risquent de lourdes amendes en cas de non conformité à la décision de la banque centrale.

La banque centrale tanzanienne (BOT) a donné trois mois aux banques et aux institutions financières pour établir des centres de données dans ce pays d'Afrique de l'Est, en précisant qu'elle imposerait de lourdes amendes aux établissements qui ne se conformeraient pas à cette décision.

Un porte-parole de la Banque de Tanzanie a confirmé ce dimanche à Reuters que le régulateur avait publié vendredi denier une circulaire imposant une amende de 5 milliards de shillings tanzaniens (2,18 millions de dollars) aux établissements financiers et de crédit n'ayant pas mis en place leur centre de données localement.

«La banque de Tanzanie a noté avec une vive inquiétude que la plupart des banques et autres institutions financières n'avaient pas vraiment pris position sur le respect des exigences relatives à la mise en place d'un centre de données primaire ou secondaire en Tanzanie», révèle Bernard Kibesse, gouverneur adjoint de la banque centrale pour la stabilité financière, dans des propos relayés par circulaire diffusée auprès des institutions financières.

Lire aussi : Tanzanie : le gouvernement va taxer les perruques et extensions de cheveux

«Toute banque ou institution financière qui se révélera ne pas s'être conformée aux exigences ci-dessus sera passible d'une amende de 5 milliards de shillings», précise la circulaire. La banque centrale effectuera des inspections sur le statut des prêteurs selon les nouvelles règles du centre de données sept jours après la publication de ladite circulaire.

La circulaire de la banque centrale indique que chaque banque ou établissement financier doit établir un centre de traitement de données dans les trois mois suivant la date de la circulaire. Toute institution jugée non conforme se verra infliger une amende de 500 millions de shillings par mois jusqu'à ce qu'elle se conforme totalement aux exigences dictées par la banque centrale.

Pour rappel, le régulateur du secteur financier avait publié trois précédentes circulaires aux banques et institutions financières depuis 2014 sur l'obligation de situer les centres de données en Tanzanie plutôt que sur des serveurs à l'étranger.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :