Commerce intra-africain  : alliance stratégique entre la BAD et le groupe marocain Attijariwafa

 |   |  355  mots
(Crédits : DR)
Le conseil d'administration de la Banque africaine de Développement (BAD) a annoncé ce vendredi avoir approuvé un accord de participation aux risques (APR) d'un montant de 100 millions d'euros au profit d'Attijariwafa bank. L'alliance vise principalement à développer le commerce sur le Continent.

Approuvé mercredi dernier, ce mécanisme est un accord de participation aux risques (APR) d'un montant de 100 millions d'euros au profit du groupe bancaire marocain. En adéquation avec les cinq priorités stratégiques que s'est fixées la BAD pour asseoir les conditions d'une croissance forte, durable et partagée sur le Continent, l'accord intervient dans un contexte où la majorité des banques africaines affichent une faible capitalisation, ce qui limite leur capacité à obtenir des lignes de crédit auprès des banques internationales.

Le programme, fondé sur un partage de risques à parts équitables (50-50) est destiné à couvrir un portefeuille de transactions à concurrence de 200 millions d'euros et appuie pour plus d'un milliard d'euros des opérations commerciales étalées sur les trois prochaines années.

Lire aussi : Agroalimentaire : PepsiCo rachète le sud-africain Pioneer Foods pour son offensive en Afrique subsaharienne

Il ambitionne de donner «une forte impulsion à l'industrialisation et à l'intégration régionale, en particulier pour l'Afrique du Nord», à travers son soutien au développement du commerce sur le Continent, comme l'a indiqué Mohamed El Azizi, directeur général de la BAD pour l'Afrique du Nord.

Les banques commerciales africaines ainsi que les petites et moyennes entreprises du Continent seront appuyées via la garantie d'un meilleur accès au financement de leurs opérations de commerce extérieur.

Répondre à le demande croissante en financement

Par ailleurs, l'APR permettra de répondre à la demande croissante des marchés africains en matière de financement du commerce extérieur dans des secteurs économiques vitaux tels que l'agroalimentaire, la santé, les services et l'industrie. Il favorisera en plus une dynamique de diversification productive, génératrice d'emplois et de recettes fiscales supplémentaires pour plusieurs États africains.

Lire aussi : Sorti du Forbes 2019 des milliardaires africains, Christo Wiese raconte comment l'affaire Steinhoff l'a ruiné

«L'intégration régionale est une priorité stratégique de la Banque africaine de développement», rappelle Leila Farah Mokaddem, représentante pays de la BAD au Maroc, en ajoutant que cet accord de partenariat avec Attijariwafa bank permettra de renforcer les échanges entre le Maroc et l'Afrique subsaharienne.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :