Campagne anti-corruption au Kenya : neuf banques dans le collimateur de la justice

 |   |  375  mots
(Crédits : DR.)
Pas moins de 10 entreprises financières, dont 9 banques sont ciblées par une double investigation menée par la police et la Banque centrale, portant sur le détournement de près de 100 millions de dollars des caisses d’une agence gouvernementale. L’on retrouve les filiales locales de Standard Chartered, Barclays, Stanbic parmi les banques dans le collimateur de la justice.

La campagne anti-corruption se poursuit de plus belle au Kenya. Les autorités viennent d'annoncer le lancement d'enquêtes qui cibleront 10 institutions financières soupçonnées d'avoir manipulé des fonds volés au Service de la Jeunesse du gouvernement (NYS). Neuf banques commerciales et une entreprise coopérative financières feront l'objet d'investigations de la part de la police et de la Banque centrale.

9 banques sur les 10 entreprises financières sous enquête

Parmi les prêteurs sous le coup de l'enquête, l'on retrouve des poids lourds comme KCB Group et la filiale locale de Standard Chartered. Des dizaines de hauts fonctionnaires et d'hommes d'affaires ont été placés en détention le lundi 28 mai et font face à des accusations liées au détournement de près de 100 millions de dollars des caisses de la NYS.

Le directeur général de la Standard Chartered Kenya, Lamin Manjang a confirmé que la banque faisait l'objet d'une enquête par des « agences gouvernementales autorisées ». Les autres banques sous enquêtes sont Stanbic Kenya, Equity Group, Barclays Kenya, Banque coopérative, Banque nationale, Diamond Trust, Consolidated Bank ou encore la coopérative financière Unaitas.

La Banque centrale mène sa propre enquête

« A la Barclays Bank of Kenya, nous prenons la gouvernance très au sérieux et à cette fin, nous coopérons toujours pleinement avec les agences d'enquête sur demande », a déclaré le management de la banque. « Cette question fait l'objet d'une enquête par les autorités compétentes mandatés par la loi et pourrait atteindre l'étape du procès », explique le management de KCB Group.

Le gouverneur de la Banque centrale a de son côté déclaré qu'un nombre indéterminé de prêteurs étaient sous enquête. La première phase de cette opération se concentre sur la recherche des bénéficiaires des fonds de la NYS et le recouvrement des actifs. Le président Uhuru Kenyatta a pour sa part réitéré son engagement à éradiquer la corruption, alors qu'il reste critiqué pour les lenteurs prises au moment de poursuivre des hauts fonctionnaires. Aucune condamnation de haut niveau n'a eu lieu depuis l'entrée en fonction de Kenyatta en 2013.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :