Forte progression des transactions par monnaie électronique dans la zone CEMAC

 |   |  447  mots
Le Cameroun et le Gabon affichent respectivement 49% et 41% de l'ensemble des parts occupées par le mobile money dans la zone CEMAC.
Le Cameroun et le Gabon affichent respectivement 49% et 41% de l'ensemble des parts occupées par le mobile money dans la zone CEMAC. (Crédits : Reuters)
La Banque des Etats de l'Afrique centrale vient de révéler que les transactions par monnaie électronique ont connu une progression de 208% sur les neuf premiers de l'année 2017, dans la zone de la Communauté économique et monétaire de l'Afrique centrale. De janvier à septembre de cette année, la monnaie électronique a été utilisée dans plus de 203 millions de transactions, contre quelque 97,8 millions pour toute l'année 2016.

La finance numérique est en pleine progression dans la zone Communauté économique et monétaire de l'Afrique centrale (CEMAC). Dans un rapport publié ce 8 décembre, la Banque centrale des Etats de l'Afrique centrale (BEAC) a indiqué que les transactions par monnaie électronique se sont établies à plus de 203,2 millions d'opérations sur les neuf premiers mois de l'année 2017, soit une progression de 208% à l'ensemble de l'année 2016 où elles se sont établies à quelque 97,8 millions de transactions.

Le volume des opérations des neuf premiers de cette année représente quant à lui un montant global de 3 160 milliards de francs CFA, contre 1 631 milliards de francs CFA pour toute l'année 2016. La BEAC précise que sur ce montant, 97% au moins proviennent du mobile money, c'est-à-dire des transactions via smartphones. L'institut d'émission souligne qu'il s'agit du moyen par excellence des transferts d'argent par monnaie électronique, «car 99% de ceux-ci sont effectués par ce service».

A en croire le rapport de la BEAC, sur cette même période, les recharges de porte-monnaie électroniques, qui représentent les dépôts en espèces de la clientèle dans les points de vente, ont atteint 1 247 milliards de Fcfa, soit 512 milliards de plus par rapport à toute l'année 2016, dont 1 171 milliards FCFA (94% environ) pour le mobile money, contre 663 milliards de Fcfa pour toute l'année 2016.

Dans le même sillage, les paiements en monnaie électronique ont dépassé 162 milliards de Fcfa, contre 121 milliards en 2016, dont 93% via le mobile money. La BEAC révèle également que le nombre de porteurs de monnaie électronique a grandement évolué, passant de 12,6 millions d'inscrits à la fin de 2016, à 15,1 millions à septembre 2017.

Grande disparité entre les pays de la sous-région

Pour l'institution financière multilatérale sous-régionale, les chiffres relevés prouvent surtout une très grande disparité entre les pays de la zone. Alors qu'aucun établissement n'est autorisé à émettre de la monnaie électronique en Guinée équatoriale, par exemple, en Centrafrique, il n'y en a qu'un seul, lancé en avril 2016.

Par contre, durant la période revue, le Cameroun accapare 70% des 34 114 points de services de monnaie électronique à travers la zone CEMAC. Pour la BEAC, ce chiffre est «en deçà de la réalité, car chez certains opérateurs, il n'est pas possible de déterminer avec exactitude le nombre de revendeurs [appelés «call box» au Cameroun] affiliés aux grossistes». Selon le rapport de la Banque, le Cameroun et le Gabon affichent respectivement 49% et 41% de l'ensemble des parts occupées par le mobile money dans la zone CEMAC. De quoi prouver l'évolution de l'encours de la monnaie électronique et donc de la confiance grandissante des populations en ce moyen de paiement.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :