Isabel dos Santos : le Portugal gèle les avoirs de la milliardaire angolaise

 |   |  496  mots
(Crédits : DR)
La justice portugaise a gelé les comptes bancaires d’Isabel dos Santos, dans le cadre de l’enquête pour détournement de fonds publics ouverte en Angola.

Au Portugal où elle dispose d'importants investissements, lsabel dos Santos n'a plus accès à ses comptes bancaires. La justice portugaise les a gelés, révèle ce mardi 11 février le journal portugais Expresso. Sur demande des autorités angolaises, cette décision intervient dans le cadre de l'enquête ouverte à Luanda contre la fille de l'ex-président angolais José Eduardo dos Santos, soupçonné de détournement de fonds lors de son mandat à la tête de Sonangol entre juin 2016 et novembre 2017. Les soupçons contre la milliardaire impliquent notamment un transfert de 115 millions de dollars vers une de ses sociétés à Dubaï. La justice angolaise lui réclame 1,1 milliard de dollars.

Isabel dos Santos, qui a la possibilité de faire appel à ce gel, n'a pas encore réagi. Cette étape portugaise porte bien les signes d'une descente aux enfers pour la milliardaire angolaise, d'autant que ce feuilleton judiciaire a commencé le 30 décembre dernier avec le gel de ses avoirs en Angola.

Lire aussi : Angola : Joao Lourenço va-t-il ébrécher la fortune d'Isabel dos Santos ?

Acculée à nouveau par les révélations des Luanda Leaks en janvier, la femme d'affaires n'a cessé jusqu'ici de dénoncer une « lutte sélective contre la corruption », indiquant que l'origine de ses investissements au Portugal avait fait l'objet d'un contrôle strict.

Cependant, le coup porté à l'image de la femme d'affaires suite à ces démêlés de justice a poussé la banque Eurobic et le géant de l'énergie Efacec -deux importantes entités du portefeuille portugais d'Isabel dos Santos- à prononcer le « divorce ». Depuis lors, ses participations dans ces sociétés sont en vente. L'opérateur télécoms NOS s'est également séparé de trois dirigeants proches de la femme d'affaires. Mardi soir, Efacec a tenu à rassurer l'opinion et les investisseurs sur son bon fonctionnement en dépit du gel des avoirs d'Isabel dos Santos, soulignant que « Efacec et ses actionnaires sont des entités distinctes. [...] Les comptes d'Efacec n'ont pas été gelés, ni au Portugal ni dans aucun autre pays où la société opère ».

Lire aussi : Angola : la timide contre-attaque du clan dos Santos en faveur d'Isabel

En juillet 2018, alors que le bras de fer l'opposant à Joao Lourenço s'intensifiait, l'économiste portugais Carlos Rosado entrevoyait une issue difficile pour Isabel dos Santos face à un président angolais décidé. « A mon avis, elle n'a pas raison. Je crois qu'elle ne va pas gagner. Elle va perdre cette bataille contre le gouvernement », déclarait-il dans un entretien avec La Tribune Afrique. Pour l'instant, Isabel dos Santos est toujours la femme la plus riche d'Afrique selon Forbes, avec une fortune estimée à 1,9 milliard de dollars en janvier 2020, contre 2,3 milliards de dollars en janvier 2019.

Après le scandale des Luanda Leaks, Isabel dos Santos annonçait une action en justice à venir contre le Consortium international des journalistes d'investigation (ICIJ), mais rien ne filtre jusqu'à lors quant à son effectivité.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :