Kenya : le ministre des Finances inculpé pour corruption

 |   |  357  mots
Henry Rotich, ministre des Finances du Kenya, va être arrêté et inculpé pour corruption. Il va devoir démissionner de ses fonctions.
Henry Rotich, ministre des Finances du Kenya, va être arrêté et inculpé pour corruption. Il va devoir démissionner de ses fonctions. (Crédits : DR)
Le ministre kényan des Finances, Henry Rotich, a été arrêté et inculpé pour corruption. Il lui est reproché sa gestion du projet de construction de deux barrages assuré par la société italienne CMC di Ravenna. L’annonce faite ce lundi matin par le procureur a provoqué une chute du cours des obligations souveraines du Kenya à Londres.

Henry Rotich, ministre kényan des Finances, a été arrêté et inculpé pour corruption, a annoncé ce lundi le procureur en chef, rapporte la presse internationale. Dans ce contexte, il est appelé à démissionner. Vingt sept autres hauts responsables au sein de son département sont également concernés par les poursuites.

Cette arrestation intervient suite à une enquête judiciaire sur l'utilisation abusive de fonds dans le cadre d'un projet de construction de deux barrages. Rotich est accusé d'avoir attribué ce marché de 450 millions de dollars à la société italienne CMC di Ravenna, sans passer par l'étape obligatoire de l'appel d'offres.

Plus tard dans la matinée, le directeur des poursuites pénales, Noordin Haji, a tenu une conférence de presse, expliquant les raisons derrière cette décision :

«Ils ont enfreint la loi sur la gestion des finances publiques sous le prétexte de transactions commerciales légitimes. Des sommes colossales ont été versées de manière injustifiable et illégale par le biais d'un programme bien ficelé par des agents du gouvernement de connivence avec des particuliers et des institutions».

Il est reproché au ministre d'avoir, avec la complicité de ses proches collaborateurs, surfacturé le projet et poussé l'Etat à suremprunter pour financer les deux projets. «Le Trésor national a négocié une facilité commerciale augmentant le montant à environ 63 milliards de shillings -ce qui représente 17 milliards de plus que nécessaire ou requis, payable en temps utile sans tenir compte d'une performance ou de travaux», a expliqué Haji.

Les obligations souveraines du Kenya chutent à Londres

Soupçonné de corruption dans le cadre de cette affaire depuis plusieurs mois, Rotich a toujours nié les faits qui lui sont reprochés. Idem pour l'entreprise italienne qui avait soutenu en mars dernier qu'aucun acte répréhensible n'avait été commis de part et d'autre.

A l'annonce de l'arrestation imminente du ministre kényan des Finances, les obligations souveraines du Kenya, cotées à la London Stock Exchange (LSE), ont reculé de 0,5 centime, selon les données de Tradeweb. Des obligations dont l'échéance est fixée à 2028, 2032 et 2048.

Article mis à jour lundi 22 juillet à 13h37.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :