Foire commerciale intra-africaine 2020 : les accords B2B devraient générer 40 milliards de dollars

 |   |  407  mots
Albert Muchanga, Commissaire au commerce et à l'industrie à l'UA ; Soraya Hakuziyaremye, ministre du Commerce et l'industrie du Rwanda ; et Benedict Oramah, président d'Afreximbank.
Albert Muchanga, Commissaire au commerce et à l'industrie à l'UA ; Soraya Hakuziyaremye, ministre du Commerce et l'industrie du Rwanda ; et Benedict Oramah, président d'Afreximbank. (Crédits : Afreximbank)
Après l’Egypte en décembre 2018, c’est au Rwanda qu’Afreximbank organisera la deuxième édition de la Foire commerciale intra-africaine en septembre 2020. La Banque panafricaine s’attend à ce titre à quelque 40 milliards de dollars d’accords business to business (B2B), soit une hausse de 25%.

40 milliards de dollars. C'est le montant global que devrait générer les accords commerciaux conclus lors de la seconde édition de la Foire commerciale intra-africaine, soit 25% de plus que lors de la première édition, pronostique Afreximbank.

L'événement qui se tiendra au 1er au 7 septembre 2020 à Kigali devrait accueillir plus de 1 000 exposants et plus de 10 000 acheteurs, venant de plus de 50 pays. L'agrément y afférent a été signé en marge du Transform Africa Summit qui s'achève ce vendredi 17 dans la capitale rwandaise, par le président d'Afreximbank, Benedict Oramah, le Commissaire au Commerce et à l'industrie à l'Union africaine, Albert Muchanga, et la ministre du Commerce et l'industrie du Rwanda, Soraya Hakuziyaremye.

Nouveauté : un forum sur le commerce et l'investissement

Pour l'édition 2020, Afreximbank associe à cette grande foire un forum sur le commerce et l'investissement qui abordera les défis de la mise en œuvre de la Zone de libre-échange continentale africaine (Zlecaf) et proposera des solutions sur la manière de les traiter et d'exploiter les avantages offerts par l'Accord. Un co-évenement qui se justifie dans un contexte où «52 pays ont signé l'AfCFTA et 22 l'ont ratifié, ouvrant la voie à l'entrée en vigueur de l'accord», comme souligné par Benedict Oramah.

Lire aussi : Infrastructures : inauguration en Egypte du plus large pont suspendu au monde

Ce sera également l'occasion de vulgariser le système panafricain de paiements et de règlements, lancé en juillet prochain au Sommet extraordinaire des chefs d'État et de gouvernement de l'UA à Niamey et dont le but est de faciliter le règlement des échanges en monnaies locales.

L'UA profitera également de la Foire commerciale intra-africaine de Kigali pour mettre en lumière son observatoire africain du commerce en cours de création. Selon les explications d'Albert Muchanga, cet outil rassemblera les informations relatives au commerce des pays africains et constituera une source de statistiques commerciales générales pour toutes les entreprises souhaitant commercer avec l'Afrique.

Lancée l'année dernière, la Foire commerciale intra-africaine est une plateforme sur laquelle Afreximbank, partenariat avec l'UA, mise énormément pour promouvoir le commerce entre acteurs du Continent. La première édition au Caire avait drainé plus de 1 000 exposants venus de 45 pays, générant 32 milliards de dollars de deals commerciaux. Selon la banque, toutes les évolutions liées à la Zlecaf jusqu'à la prochaine édition permettront aisément d'obtenir les 40 milliards de dollars d'accords commerciaux B2B pronostiqués pour 2020.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :