Kenya : A Beijing, Kenyatta obtient 660 millions de dollars d’investissements chinois

 |   |  403  mots
Le président kényan Uhuru Kenyatta effectue une visite de travail de 3 jours en Chine en marge de sa participation au Forum de la Route de la soie .
Le président kényan Uhuru Kenyatta effectue une visite de travail de 3 jours en Chine en marge de sa participation au Forum de la "Route de la soie ". (Crédits : DR)
Le Kenya a décroché un financement chinois de 67,5 milliards de shillings soit environ 660 millions de dollars pour la construction de plusieurs infrastructures. Le financement sous formes de prêts concessionnels et de partenariats publics privés, vont servir à la construction d’un Data Center dans la nouvelle ville technologique de Konza, ainsi qu’une autoroute à péage à Nairobi.

Le président kényan Uhuru Kenyatta a profité de sa participation sur invitation du président chinois Xi Jinping, au deuxième forum économique de « l'Initiative de la soie », qui se tient à Beijing, pour décrocher des financements pour plusieurs projets d'infrastructures. C'est au total une enveloppe de 67 milliards de shillings (SHS) soit près de 660 millions de dollars que le Kenya a obtenu à travers la signature, vendredi 26 avril à Pékin, de deux accords de financements concessionnels et de partenariat public privé (PPP).

Selon un communiqué du cabinet du président kényan, le premier financement concerne la construction d'un « Data center » dans la nouvelle cité technologique de Konza City, près de Nairobi la capitale. D'un coût de 17.5 milliards SHS, il sera réalisé par le géant chinois des télécommunications Huawei. Le second accord est un PPP pour la construction d'une autoroute à péage par la China Road and Bridge Corporation pour un montant de 50 milliards SHS.

Lire aussi : Economie politique de la Chine en Afrique : créer « une Chine » pour la Chine ?

Investissements chinois

Le gouvernement kényan a fait part depuis plusieurs mois, de son intention de recourir aux investissements chinois pour financer plusieurs projets d'infrastructures afin de développer son économie. Lors de son séjour à Pékin, le président kényan a ainsi déployé un intense lobbying auprès d'entreprises chinoises pour qu'elles investissent dans ce pays d'Afrique de l'Est qui connait une croissance parmi les plus dynamiques du Continent.

A l'occasion d'un forum d'affaires ayant réuni les investisseurs chinois et les hommes d'affaires kényan, Uhuru Kenyatta a mis en avant les potentialités de son pays, « carrefour stratégique et porte d'entrée en Afrique » de l'initiative « One belt, one road » (OBOR).

Lire aussi : CNUCED : le « One Belt, One Road » de la Chine plus ambitieux pour l'Afrique que le « plan Merkel »

Le Kenya s'est tourné vers la Chine ces dernières années pour obtenir des fonds destinés à financer des projets d'infrastructures, notamment la nouvelle voie ferrée reliant Mombasa à Nairobi qui a été ouverte en 2017. Malgré l'impact sur l'économie du pays, cet endettement inquiète les marchés et suscitent des critiques de l'opposition sur la trop grande dépendance du pays à l'égard de la Chine. Pour le gouvernement, le fait d'emprunter pour construire les infrastructures stimulera plutôt le développement socio-économique.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :