Nigeria : la Banque centrale injecte 355 millions de dollars sur le marché de change

 |   |  434  mots
(Crédits : Reuters)
Le marché de change interbancaire nigérian vient de recevoir 355,43 millions de dollars, injectés par la Banque centrale. Une manœuvre qui vise à accroître la liquidité et éloigner les risques de pénuries de dollars et qui s’inscrit en ligne avec les recommandations du FMI.

La Banque centrale du Nigeria vient d'annoncer qu'elle avait injecté 355,43 millions de dollars sur le marché local de change interbancaire. Un mouvement qui s'inscrit dans les efforts de la Banque pour accroître la liquidité et atténuer les risques d'une pénurie de dollars.

Éloigner le risque de pénurie de devises

Le management de la Banque a expliqué dans un communiqué que les fonds avaient été débloqués pour « répondre aux demandes dans les secteurs de l'agriculture, des compagnies aériennes, des produits pétroliers, des matières premières ou encore des machines ».

Le Nigeria, premier producteur continental de pétrole était pour rappel entré en récession en 2016, en grande partie à cause de la chute des cours mondiaux du brut. La baisse des recettes pétrolières a entraîné par la suite des pénuries de devises dans le pays, les ventes de brut représentant la principale source de devises pour le Nigeria.

Une récession qui ne prendra fin qu'au cours du deuxième trimestre de l'année dernière lorsque les prix du brut se sont rétablis et au moment où le gouvernement a réussi à réduire de manière drastique les attaques (militantes ou crapuleuses) contre les installations de production et de transport de pétrole dans le Delta du Niger.

Une stratégie saluée par le FMI

Ce qui n'a pas empêché la Banque centrale de maintenir le système de taux de change multiples dans le but de réduire la pression sur la monnaie locale. L'effet positif de cet outil sur le marché de change locale a encouragé le régulateur dans sa décision de le maintenir. Ce système a également été salué par le FMI qui a reconnu « le début de convergence des guichets de change ».

Le Fonds a par ailleurs félicité la Banque centrale pour « les récentes mesures de change et des efforts déployés récemment pour renforcer les marges de crédits externes afin d'atténuer les risques découlant des reprises des flux de capitaux ». L'unification du taux de change a également été salué par les administrateurs du FMI.

Ce qui ne les a pas empêchés de « demander instamment que des mesures supplémentaires soient prises pour supprimer les restrictions restantes et les pratiques de taux de changes multiples ». Outre le marché de change, la Banque centrale devra également s'atteler à réduire les risques croissants qui menacent le secteur bancaire. Le régulateur devra renforcer ses exigences prudentielles et sa surveillance des risques.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :