Transfert d'argent/Nwankwo Kanu : « Les Africains devraient privilégier les moyens les plus sûrs »

 |  | 609 mots
Lecture 3 min.
(Crédits : DR)
Si Kwankwo Kanu a pris sa retraite des stades, il fait parler de lui ces derniers temps grâce son neveu, le milieu de terrain Kelechi Nwakali, qu’il aurait convaincu de signer avec Arsenal pour la saison prochaine. Toujours très attaché aux Gunners dont il a contribué aux heures de gloire passées, il est depuis quelques mois ambassadeur pour le Nigeria de la startup de transfert d’argent Azimo. Dans un entretien avec La Tribune Afrique, l’ex-star nigérianne de football également ambassadeur UNICEF et fondateur de la Kanu Heart Foundation –qui vient en aide aux enfants atteints de maladies du cœur- revient sur ce nouvel engagement et l’importance des transferts d’argents de la diaspora africaine.

La Tribune Afrique: Que signifie pour vous ce nouveau partenariat avec Azimo ?

Nwankwo Kanu: J'ai signé pour être ambassadeur de la société de transfert d'argent Azimo. C'est un privilège de rejoindre leur équipe et défendre le travail qu'ils sont en train de faire pour rendre le transfert d'argent, vers l'Afrique en général et le Nigéria en particulier, moins coûteux et rapide. Envoyer de l'argent au pays reste encore coûteux pour mes compatriotes nigérians et j'ai été surpris de voir combien le dispositif mis en place par Azimo peut franchement leur faciliter la tâche (financièrement parlant). De plus, Azimo a promis de faire don d'un pourcentage de chaque transaction envoyée au Nigéria en vue de soutenir mon travail d'assistance sociale en Afrique. Du coup, cela est bénéfique pour tous !

azimo

En tant que sportif international, vous avez été pendant longtemps un Nigérian de l'étranger, résidant notamment dans plusieurs villes européennes. Cela vous a-t-il aide à mieux comprendre la force économique que représente la diaspora nigériane pour votre pays?

Oui, bien sûr! Pendant longtemps en effet, j'ai envoyé de l'argent à ma famille au Nigéria. Vous savez, culturellement en Afrique, il est très important de soutenir nos familles et nos proches. Cela procure un sentiment de fierté que de prendre soin des siens, donc beaucoup de Nigérians et Africains en général envoient de l'argent dans leur pays. Pour parler du cas spécifique du Nigéria, c'est l'un des pays les plus grands récepteurs de transfert d'argent de leur diaspora au monde. L'année dernière seulement, près de 35 milliards de dollars ont été transférés vers le Nigéria. Cet argent contribue énormément au bien-être de nos compatriotes restés au pays.

Pensez-vous que cette force économique que représentent les transferts de fonds de la diaspora est assez valorise par le gouvernement nigérian?

Je laisserais le soin aux experts pour répondre à cette question. La diaspora nigériane est vraiment très importante en termes d'effectif et il est clair, pour tous, que son impact positif sur l'économie du pays et surtout sur les familles bénéficiaires est également important.

Cependant, je pense que de nombreuses personnes transfèrent encore leur argent vers le pays par le biais d'acteurs du marché au noir. Elles regardent plus au fait qu'elles dépenseront le moins possible, mais ne se rendent pas compte qu'elles risquent de tout perdre. Ne vaut-il pas mieux de payer un pourcentage et savoir que votre argent est en sécurité et arrivera à bon port ? De plus, la garantie de remboursement est de 100%. Les gens devraient employer des services recommandables en lesquels ils peuvent avoir confiance. Plus on a la conscience tranquille, mieux c'est.

Vous êtes engagés dans le social via votre fondation qui est également bénéficiaire des revenus générés par votre partenariat avec Azimo. Aimeriez-vous voir plus de Nigérians de l'étranger investissent dans ce type de projets sociaux?

Absolument. En ce qui me concerne, c'est une passion. J'ai personnellement expérimenté des problèmes de cœur, donc je voulais trouver le moyen d'aider les autres, spécifiquement les enfants atteints de maladies similaires. Pour moi, nous avons la responsabilité d'aider les autres autant que nous en sommes capables. Avec la fondation, j'ai pu participé à sauver de plus de 500 vies, donc j'ai vu comment de nombreuses personnes ont été affectées et comment elles s'en sont tirés d'affaire. Aider les autres permet de se sentir bien.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/05/2017 à 8:56 :
C'est Avec plaisir de pouvoir aider les enfants avec votre fondation au nigeria. Avec Votre coeur de charité,veuillez contribuer à aider d'autres africains,surtout les burundais en crise économique.par ex moi j'ai terminé mes études et je n'avais pas de l'emploi,j'ai manqué meme un capital pour me faire un petit commerce.j'ai besoin de votre aide
a écrit le 06/05/2017 à 8:54 :
C'est Avec plaisir de pouvoir aider les enfants avec votre fondation au nigeria. Avec Votre coeur de charité,veuillez contribuer à aider d'autres africains,surtout les burundais en crise économique.par ex moi j'ai terminé mes études et je n'avais pas de l'emploi,j'ai manqué meme un capital pour me faire un petit commerce.j'ai besoin de votre aide
a écrit le 01/04/2017 à 13:50 :
Félicitations, vous pouvez élargir le champs à l'image de Afriland First Bank du CAMEROUN, qui avec ses services transferts, mais, est active dans les petits prêts en faveurs de femmes à de faibles taux d'intérêts.
Par ailleurs, la colonie Nigériane comme à envahir la Guinée (Conakry) en considérant la virginité de ce pays.
Afriland First Bank, va s'impliquer dans les financements de certains projets.
Pouvez-vous agir comme elle.
Merci

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :