La Côte d’Ivoire ouvre la porte des notations financières en FCFA

 |   |  394  mots
(Crédits : Reuters)
L’agence de notation Bloomfield Investment Corporation vient de délivrer sa première notation financière souveraine en FCFA. Et c’est la Côte d’Ivoire qui ouvre le bal. Le pays d’Afrique de l’Ouest devient ainsi le deuxième sur le continent après l’Afrique du Sud à se faire noter en monnaie locale.

Le dollar américain n'a plus l'exclusivité dans les notations financières en Afrique francophone. Bloomfield Investment Corporation vient de noter le crédit souverain de Côte d'Ivoire en FCFA, lui attribuant A- sur le long terme avec perspective stable et A2 sur le court terme avec perspective stable. En clair, le pays d'Alassane Dramane Ouattara, présente ainsi une capacité élevée à faire face à ses obligations financières à court et long terme.

Il s'agit ainsi de la première notation financière souveraine d'Afrique de l'Ouest en monnaie locale et la deuxième sur l'ensemble du continent après l'Afrique du Sud. Dans un entretien avec un média local, le PDG de Bloomfield, Stanislas Zeze explique:

« C'est quelque chose de très important parce que la notation financière en monnaie locale va déterminer la vraie valeur intrinsèque en termes de qualité de crédit de la Côte d'Ivoire. [...] Cela permet d'établir la vraie qualité de crédit de la Côte d'Ivoire. »

Forces et faiblesses

Selon l'agence de notation, qui rappelons-le est la première en Afrique francophone, la Côte d'Ivoire a pu dégager ces bonnes notes grâce à ses indicateurs sociaux en amélioration, le dynamisme de son marché bancaire et financier ou encore un cadre institutionnel de gestion de la dette qui devrait lui permettre de mieux gérer sa dette. Le pays a également vu ses recettes fiscales progresser et l'orientation donnée aux investissements publiques est conforme à la stratégie établie par les autorités, sans parler des mesures prises par le gouvernement pour améliorer l'environnement des affaires.

Bien que cette notation de la Côte d'Ivoire laisse un satisfecit évident, Bloomfield Investment a tout de même noté quelques points faibles à améliorer. Il s'agit notamment, du taux de pauvreté qui, bien qu'en baisse à est jugé encore élevé, ainsi que le besoin de renforcement de la capacité du pays à résister aux chocs extérieurs. L'agence de notation appelle également le gouvernement à résoudre le problème des recette fiscales et douanières qui restent « absorbées en grande partie par le service de la dette et la masse salariale ».

Cette notation en monnaie locale intervient quatre mois après l'annonce de Fitch Ratings qui maintenait à B+ la note du crédit souverain de la Côte d'Ivoire.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :