Golfe de Guinée : Maersk plaide pour une action militaire « efficace » face à l’insécurité

 |  | 279 mots
Lecture 2 min.
(Crédits : Reuters)
Face à la montée de l’insécurité maritime dans le Golfe de Guinée en 2020, Maersk, numéro un mondial du transport maritime, défend l’idée d’une intervention militaire « efficace ».

« De nos jours, il est inacceptable que les gens de mer ne puissent effectuer leur travail consistant à assurer une chaîne d'approvisionnement vitale pour cette région [le Golfe de Guinée] sans avoir à s'inquiéter du risque de piraterie. [...] Le risque a atteint un niveau où une capacité militaire efficace doit être déployée », a déclaré à Bloomberg News Aslak Ross, responsable des normes maritimes chez AP Moller-Maersk, basé à Copenhague.

Lire aussi : Sécurité maritime : Golfe de Guinée, une zone à haut risque

Le manager réagissait ainsi au dernier rapport du centre de rapport sur le piratage (Piracy Reporting Center) du Bureau international maritime (BIM) publié le 13 janvier dernier et qui état de la recrudescence de la criminalité dans le Golfe de Guinée l'an dernier. En effet, sur les 135 membres d'équipage enlevés à bord de leurs navires en 2020 dans le monde, 130 membres d'équipage ont été enlevés au Golfe de Guinée dans 22 incidents distincts, soit plus de 95%. Il s'agit du plus grand nombre de kidnappings jamais enregistré dans la région, selon l'organisation qui signale également l'extrême dangerosité de ces agressions, puisque plus de 80% des assaillants étaient armés de fusils.

Lire aussi : Ahmedou Ould Abdallah : « La piraterie en Afrique ne peut être dissociée de la gouvernance à terre »

Depuis quelques années, les gouvernements africains se mobilisent autour de la sécurité maritime avec notamment la Charte de Lomé dont trente pays sont désormais signataires. L'objectif étant d'obtenir le maximum de signatures, afin de porter cette charte devant les Nations Unies. Jusqu'ici cependant, cette mobilisation n'a pas encore permis d'obtenir des résultats probants face à l'insécurité régnante.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :