Madagascar : GS Airlines, la nouvelle compagnie aérienne du Groupe Sipromad

 |   |  530  mots
Le ministre malgache des Transports, du tourisme et de la météorologie, Joel Randriamandranto, officialise les activités de GS Aviation, lundi 13 janvier 2020 à Antananarivo.
Le ministre malgache des Transports, du tourisme et de la météorologie, Joel Randriamandranto, officialise les activités de GS Aviation, lundi 13 janvier 2020 à Antananarivo. (Crédits : DR)
Après plusieurs acquisitions ces deux dernières années qui ont permis à Sipromad de décupler son influence économique, le groupe malgache détenue par Ylias Akbaraly -quatrième fortune d’Afrique francophone- officialise sa nouvelle compagnie aérienne qui reliera les principales villes de l’île, avec une ambition régionale et internationale.

GS Airlines, la nouvelle compagnie aérienne du Groupe Sipromad a effectué son vol inaugural hier, lundi 13 août, à l'aéroport international d'Ivato, reliant la capitale Antananarivo à Mananjary (à l'Est) en passant par Fianarantsoa, un site touristique des plus prisés de Madagascar. A bord, plusieurs personnalités, dont le ministre malgache des Transports, du tourisme et de la météorologie, Joel Randriamandranto. Il s'agit d'une toute nouvelle ligne lancée pour accompagner les objectifs de développement du tourisme national, après l'obtention de la licence délivrée par l'Aviation civile de Madagascar (ACM). « Dans un premier temps, nous capitaliserons sur ce premier itinéraire. A partir du mois de juin, nous lancerons de nouvelles dessertes en fonction des besoins exprimés », indique à La Tribune Afrique un responsable au sein de Groupe présidé par Ylias Akbaraly, quatrième fortune d'Afrique francophone.

Conglomérat d'une vingtaine de sociétés diversifié dans une douzaine de secteurs et dans lequel le volet touristique prend de plus en plus de place, Sipromad est ainsi à son énième projet avec plusieurs acquisitions ces deux dernières années notamment en France avec Thomson Broadcast et Africanews. Avec GS Airlines, le groupe veut clairement agrandir ses parts de marchés dans le  transport aérien domestique dominé par Tsaradia, filiale d'Air Madagascar.

Contribuer au saut d'un secteur clé

Comme dans toutes les îles, à Madagascar, le tourisme est un pilier de l'économie. Il contribue à 13% du PIB national en 2016 selon l'Economic Development Board of Madagascar. L'île a accueilli 290 000 touristes étrangers en 2018, dont 60 000 Français. Désireux de faire grimper ces chiffres et ainsi booster l'économie nationale -directement et indirectement, le ministère de tutelle a lancé en septembre dernier « Wave Madagascar », un forum d'investissement du tourisme qui a vu la participation de plusieurs investisseurs internationaux.

Lire aussi : Adrian Gardiner, l'empreinte africaine de l'écotourisme dans le monde

Mais si les belles plages et le paysage paradisiaque attirent de plus en plus, les liaisons entre les principaux sites touristiques restent difficiles. Et alors que le talon d'Achille que représente la faiblesse des disponibilités aérienne pour le développement du tourisme fait l'unanimité, de nouvelles dessertes domestiques à Madagascar sont les bienvenues. Si pour l'instant, GS Airlines travaille avec les avions de GS Aviation, une autre filiale de Sipromad, lesquels sont de petites capacités, le conglomérat promet dans les mois à venir l'achat d'avions. « Une équipe de professionnels étudie actuellement les différentes options qui s'offrent à nous, de façon à ce que nous puissions choisir les avions qui compléterons notre flotte aérienne », explique le responsable.

Compagnie régionale, l'ambition

Au-delà, le projet porté par GS Airlines vise également à en faire une compagnie aérienne régionale, « voire internationale, une fois que nous aurons capitalisé sur le marché domestique », souligne notre source. D'autant que relier les principales capitales rien qu'en Afrique australe est un véritable parcours du combattant depuis les déboires de South Africa Airlines. Récemment encore, les voyageurs au départ d'Antananarivo devaient, récemment encore, passer par Nairobi (Kenya Airways), Kigali (RwandAir) ou Addis Abeba (Ethiopian Airlines) pour rejoindre Pretoria en Afrique du Sud.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :