Air Namibia  : suspension temporaire des vols vers le Ghana

 |   |  296  mots
(Crédits : DR)
La compagnie aérienne nationale de Namibie a suspendu ses liaisons Windhoek-Lagos-Accra à suite d'un différend entre le pays d'Afrique australe et le Nigeria. La compagnie étudie déjà un scénario de retour dans la sous-région.

Inaugurée il y a juste une année, la liaison Windhoek-Lagos-Accra d'Air Namibie a été interrompue à la suite d'un incident diplomatique entre le Nigeria et la Namibie (interdiction de délivrer des visas nigérians aux Namibiens). La liaison qui devrait fournir un service direct reliant la Namibie à la sous-région ouest-africaine a été interrompue, sachant la compagnie aérienne fonctionnait à perte sur la liaison Windhoek-Lagos- Accra depuis la suppression de la liaison Lagos en mars. Cette décision fait suite au refus de l'ambassade nigériane à Windhoek d'octroyer des visas aux Namibiens en mars dernier, selon Charles Josob ambassadeur de la Namibie au Ghana.

Lire aussi : Coopération : trois accords signés entre le Ghana et la Namibie

L'émissaire namibien s'est prononcé ce vendredi 23 août au cours d'une visite de courtoisie à Joseph Kofi Adda, ministre de l'Aviation au Ghana. Le diplomate namibien a estimé que la compagnie aérienne pourrait reprendre ses opérations sur la liaison Windhoek-Lagos-Accra dès la résolution du différend avec le Nigeria.

Déterminée à revenir et à rester sur le marché ouest-africain, Air Namibia a déjà demandé au ministère ghanéen de l'Aviation l'autorisation d'exploiter la ligne Windhoek-Accra-Londres.

Lire aussi : Namibie : le conseil de la ville de Windhoek se penche sur l'adaptation au réchauffement climatique

De son côté, le ministre ghanéen Adda a exhorté la Namibie et le Nigeria à trouver une issue à leur différend diplomatique. Il a également souligné la nécessité pour les pays africains de s'entraider à développer le secteur de l'aviation. Il s'agit en particulier de s'assurer que les compagnies aériennes africaines assurent une plus grande part du trafic aérien, puisqu'elles n'occupent actuellement que 20% à 40% du trafic, alors que le reste revient à des transporteurs étrangers.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :