Inauguration de Tanger Med II : au Maroc, le «méga-hub» portuaire triple ses capacités

 |   |  1089  mots
(Crédits : DR.)
Vendredi 28 juin, le Prince Moulay El Hassan a représenté le roi Mohammed VI lors de l'inauguration de Tanger Med II, le projet titanesque engagé 9 ans plus tôt pour imposer le Maroc comme un hub logistique de premier plan. Pari réussi : avec l'extension du complexe portuaire, le royaume entre dans le top 20 mondial en matière de connectivité.

«Je remercie le Roi pour la transformation d'un rêve, d'une vision en réalité [...] Cette plateforme aux meilleurs standards internationaux est aujourd'hui un formidable levier pour la compétitivité de l'économie marocaine», a introduit Fouad Brini, président du complexe portuaire, qui souligne par ailleurs que Tanger Med 2 a permis au site portuaire «de tripler ses capacités, passant de 3 millions à 9 millions de conteneurs par an».

Ce sont 88 milliards de dirhams investis ce jour, dont 53 issus du secteur privé. «C'est un exemple de réussite en matière de partenariats public-privé», a précisé Fouad Brini, qui permet au royaume de passer de la 83e à la 17e place dans le classement de la Conférence des Nations unies pour le commerce et le développement (CNUCED).

Lire aussi : RDC: le bilan s'alourdit après l'effondrement d'une mine de Glencore

La première plateforme import-export du Maroc est par ailleurs le premier port africain à utiliser la technique des caissons d'une part, et à obtenir le label «EcoPorts»par l'European Sea Ports Organization (ESPO), d'autre part.

Après la première phase de construction du port entre 2010 et 2016, qui avait permis au royaume chérifien de se doter d'infrastructures de base, dont 1 200 mètres linéaires de quais, la deuxième phase intègre aujourd'hui 1 600 mètres linéaires supplémentaires ainsi qu'une digue secondaire.

Le port qui comprend des technologies de mouvement des conteneurs dernier cri, est devenu le plus grand du continent, mais également «l'un des plus modernes terminaux au monde», selon Morten Engelstoft, président exécutif de APM Terminals Maersk. Le représentant du leader des conteneurs qui représente près de 20% du marché mondial s'est réjoui des nouvelles opportunités offertes par le Maroc, soulignant que «rien n'est possible sans un bon partenaire».

Lire aussi : Forum Tchad-Monde arabe : le président Déby collecte 850 millions de dollars d'investissements

Situé sur le détroit de Gibraltar, à 40 km de Tanger et à 14km des côtes espagnoles, Tanger Med surpasse désormais ses concurrents et se place «devant Port-Saïd sur le canal de Suez  et Durban en Afrique du Sud», s'est enthousiasmé Fouad Brini.

2018, une année record pour le complexe portuaire

Plus de 139 milliards de dirhams de marchandises ont transité par Tanger-Med, soit 50% des exportations du Maroc l'an dernier. Ce sont aussi plus de 13 000 navires qui y ont amarré, venus de 186 pays. Tout en intensifiant les échanges avec l'Afrique subsaharienne, Tanger Med a relié, pour la première fois en 2018, les ports de Djibouti, d'Irlande, de Bahreïn, du Guatemala et de Madagascar. «40% du trafic est destiné à l'Afrique», a révélé Fouad Brini qui explique notamment que «les coûts logistiques -en Afrique subsaharienne- ont baissé grâce à Tanger Med». En matière de répartition du trafic conteneurs en tonnage par zone géographique, l'Afrique représente précisément 38% du volume, devant l'Europe (27%) et l'Asie (26%).

L'an dernier, 66 nouveaux projets industriels pour un montant de 6,3 milliards de dirhams ont vu le jour et 6 217 emplois ont été créés (75 000 emplois depuis la création de Tanger Med). Les zones d'activités de Tanger Med abritent aujourd'hui 912 entreprises dans les domaines industriels, logistiques et des services. On retrouve un certain nombre d'acteurs internationaux comme le français Bolloré, le coréen Hands (jantes en aluminium), le japonais Fukurawa Electric via la filiale Optic Fiber Solutions, l'allemand Prettl (câblage automobile) ou encore le chinois ZTT (fibre optique).

Lire aussi : José Mário Vaz vs Domingos Pereira: A Bissau, la guerre des chefs

Le volume en tonnage manutentionné en 2018 représentait 52,2 millions de tonnes (+2% par rapport à 2017) et les terminaux ont traités 3,4 millions d'équivalents vingt pieds (EVP), soit 15,7% de progression depuis 2007.

Au niveau des passagers, le trafic est resté stable toutefois, le transport international routier (TIR) a augmenté de 14% pour atteindre 326 773 unités TIR. Enfin, en matière automobile, 479 321 voitures sont passées par Tanger-Med et le terminal dédié à Renault a traité 383 715 voitures neuves, dont 351 191 destinées à l'export (produites dans les usines de Tanger et de Casablanca). L'ouverture de l'usine Peugeot à Kénitra le 20 juin dernier devrait accompagner cette tendance à la hausse.

De nouveaux investissements

Troisième étape de l'extension portuaire de Tanger Med, après Tanger Med I et ses 3 millions EVP et le port passagers et rouliers, Tanger Med II compte 2 nouveaux terminaux à conteneurs en eaux profondes (TC3 et TC4), dotés d'une capacité de 6 millions de conteneurs. Avec 4 600 mètres de digues et 2 800 mètres de quais, il aura mobilisé un investissement public en infrastructures de 14 milliards de dirhams.

Concédé à Marsa Maroc en 2015, l'opérateur marocain aura quant à lui investi 240 millions d'euros dans le TC3 de type «Common User» d'une capacité de 1,3M millions de conteneurs EVP, qui comprend 800 mètres de quais et 32 hectares de terre-pleins (entrée en service à l'horizon 2020). Quant au terminal 4 (TC4), désormais opérationnel, il est doté d'une capacité de 4,2 millions de conteneurs EVP, 1 600 mètres de quais extensibles à 2 000 m et 74 hectares de terre-pleins. Concédé le 30 mars 2018 au néerlandais Maersk APM, il pourra le cas échéant bénéficier d'une extension de 400 mètres linéaires de quais et de 18 hectares de terre-plein pour accueillir 1 million de conteneurs supplémentaires (pour un investissement de 900 millions d'euros).

Lire aussi : Madagascar : la fête nationale endeuillée par une bousculade qui a fait 16 morts

Parallèlement à la plateforme industrielle de Tanger Med Zones (TMZ) qui intègre les secteurs de l'automobile, de l'aéronautique, de la logistique, du textile et des services, Tanger Free Zone (TFZ) représente la 1ere zone franche d'Afrique et de Méditerranée. De son côté, la Zone franche logistique opérée par Medhub, ouverte depuis 2008, offre un certain nombre d'avantages fiscaux et douaniers à ses clients, parmi lesquels on retrouve Bolloré, Bosch, Emirates ou SNTL. En 2018, le chiffre d'affaires (CA) à l'export de Tanger-Med représentait quelque 80 milliards de dirhams.

L'attractivité régionale devrait encore se renforcer avec la construction de la Cité Mohammed VI Tanger Tech. Un projet qui a été relancé à l'occasion de la signature d'un MoU entre la Société d'aménagement de Tanger Tech (SATT) et l'entreprise chinoise China Construction Communication Company, en avril dernier. La smart city marocaine devrait accueillir industries et multinationales sur plus de 2 000 hectares.

Enfin, le complexe portuaire pourra également bénéficier du nouveau programme d'investissement de 9 milliards de dirhams, visant à accompagner la croissance des exportations marocaines, industrielles et agricoles, à travers l'extension des capacités de traitement portuaire et de l'aménagement de nouvelles zones de facilitation.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :