Cameroun : le philippin ICTSI exploitera le terminal à containers de Kribi

 |   |  221  mots
La plateforme du terminal polyvalent du port de Kribi, alors gérée par le consortium camerounais Kribi polyvalent multiple operators (KPMO), était entrée officiellement en service en janvier 2019.
La plateforme du terminal polyvalent du port de Kribi, alors gérée par le consortium camerounais Kribi polyvalent multiple operators (KPMO), était entrée officiellement en service en janvier 2019. (Crédits : PAK)
Le groupe philippin International Container Terminal Services (ICTSI) a été officiellement désigné cette semaine nouveau concessionnaire du terminal à containers du Port autonome de Kribi (300 km au sud de Yaoundé). Le choix du logisticien philippin a été décidé à la suite d'un appel d'offres international.

Après onze mois de gestion, de développement, d'exploitation et de maintenance par un consortium de 9 opérateurs économiques locaux, constitué autour du Kribi Polyvalent Multiple Operators (KPMO), le terminal à containers de Kribi sera désormais confié à un opérateur de référence pour sa gestion.

L'offre du groupe philippin a été jugée meilleure que celle du groupement marocain Marsa Maroc/AIIF3, qui était d'ailleurs son seul concurrent dans le cadre de cet appel d'offres international restreint.

Lire aussi : Tentative de «coup d'Etat» en Ethiopie : une attaque léthale et coordonnée

La présidence entre en ligne et décide d'écarter le consortium

Avant d'être administré par le consortium, le terminal était confié à la société française Necotrans, sous redressement judiciaire et confrontée à de graves difficultés financières, amenant le gouvernement à constater sa «défaillance».
Le président camerounais Paul Biya avait alors enjoint en août 2017 son Premier ministre de «constater la carence du groupement», sa «mise à l'écart pure et simple», ainsi qu'une proposition de solutions alternatives pour un démarrage rapide des activités sur le terminal.

Après presque un an d'activité, le groupement mis en service en mars 2018 revendiquait le traitement de quelques 165 000 conteneurs et le paiement de 400 millions de Fcfa d'impôts et taxes au fisc.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :