Tunisie : le nouvel aéroport international de Bizerte annoncé pour 2030

 |   |  460  mots
(Crédits : Reuters)
Les autorités tunisiennes ont annoncé cette semaine la construction d'un nouvel aéroport répondant aux normes internationales pour l'horizon 2030. Selon le ministre tunisien du transport, Radhouan Ayara, qui intervenait face à la presse à Tunis, l'appel d'offres à l'international du projet d'infrastructure sera lancé au cours de cette année 2018.

La Tunisie ambitionne de faire de son secteur des transports, une locomotive pour sa croissance économique. Pour y arriver, le gouvernement tunisien a annoncé d'importantes décisions relatives aux méga projets de transport et de logistique dans le pays. Revenant sur ces décisions, le ministre tunisien des transports, Radhouan Ayara, a annoncé lors d'une rencontre avec la presse locale ce jeudi 1er mars 2018, que la Tunisie sera dotée à l'horizon 2030 d'un nouvel aéroport qui répondra aux normes internationales. Selon le responsable, ce projet d'infrastructure coûtera environ 2.047 millions de de dinars soit environ 840 millions de dollars et sera mis en place dans la province de Bizerte à l'extrême nord de la Tunisie, à près de 80 kilomètres de la capitale tunisienne, Tunis. Ajoutant que le nouvel aéroport viendrait ainsi s'ajouter aux 9 autres répartis dans le pays, le ministre a souligné que l'appel d'offres à l'international du projet d'infrastructure sera lancé au cours de cette année 2018.

Grands projets de restauration des aéroports

Le projet de construction du nouvel aéroport n'est pas isolé. Il s'inscrit dans le cadre vision stratégique dans le secteur aérien pour améliorer la capacité d'accueil des aéroports permettant entre autres, de faire sortir la population de l'isolement et favoriser l'intégration sociale. A ce titre, plusieurs autres projets de restauration des aéroports du pays sont prévus ou déjà lancés. Le gouvernement prévoit par exemple, la transformation en aéroport civil, de l'aéroport militaire de Remada à l'extrême sud de la Tunisie située à plus de 600 km de la capitale. « Le coût du projet s'élève à 22 millions de dinars avec une échéance de réalisation de deux ans, en coordination avec le ministère de la Défense », a indiqué Radhouan Ayara. Selon lui, deux autres aéroports civils sont concernés par des travaux de réaménagement et maintenance notamment ceux de Tozeur Nefta (sud-ouest) et de Djerba Zarzis (sud-est) avec des coûts respectifs de 30 (12,3 millions de dollars) et 62 millions de dinars (25,4 millions de dollars). Le ministre des transports a également annoncé le démarrage des travaux à l'aéroport de Tunis-Carthage pour un coût estimé à 190 millions de dinars (78 millions de dollars).

Les travaux devront permettre de créer deux zones de tri et la délivrance des bagages d'une capacité de 7,5 millions de passagers par an. « Actuellement, des travaux de réaménagement ont été déjà entamés au sein de l'aéroport international Tunis-Carthage (principal aéroport du pays, situé vers la banlieue nord de Tunis) avec un coût de 190 millions de dinars pour ainsi porter sa capacité d'accueil à 7,5 millions de passagers par an », a expressément déclaré M. Ayara.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/03/2018 à 21:03 :
Finissez déjà de penser à réfléchir à un projet de deuxième pont à Bizerte et vous pourrez penser à un aéroport international .Sur les 9 que compte la Tunisie si il y en a 3 qui ont des passagers tout le long de l'année c'est déjà très bien
Réponse de le 05/03/2018 à 14:24 :
Tunisie le pays qui a 1 aéroport tous les 100 kms, par contre le réseau féroviaire, les routes.....
Tout à fait d'accord avec vous sans compter 1 pont pour relier Djerba pour éviter des heures d'attente pour relier l'ile.
a écrit le 04/03/2018 à 17:57 :
Mais je reve!!! Le peuple meurt de faim et on construit un aereport??? Et pourquoi faire?? Pour un tourisme a l agonie ? Pour une industrie en faillite?? C est tout simplement ouvrir une porte pour pouvoir se remplir les poches sans etre vu... detourner qques dizaines de million dans un projet de 2000 millions c est facile. Ça sera un robinet ouvert pour des politiques sans scrupules
Sachez enfin que l aereport de gafsa n a pas vu un avion depuis plus de 3 ans...PAUVRE TUNISIE
Réponse de le 05/03/2018 à 14:26 :
Bien d'accord avec vous, du grand n'importe quoi.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :