Côte d'Ivoire : Ouattara et Macron lancent les travaux du projet du métro d'Abidjan

 |   |  542  mots
(Crédits : Reuters)
Les chefs d'Etats ivoiriens et français ont procédé ce 30 novembre à la pose de la première pierre du projet du métro d'Abidjan. D'un coût de 1,4 milliard d'euros, il s'agit d'un impressionnant et ambitieux projet qui permettra le transport quotidien de 500.000 Abidjanais, de la périphérie d'Anyama jusqu'aux portes de l'aéroport en traversant 8 des 10 communes de la capitale économique.

Le développement des infrastructures en Côte d'Ivoire est sur des roulettes. Ce jeudi, les présidents ivoirien, Alassane Dramane Ouattara et français, Emmanuel Macron ont lancé les travaux du projet du métro d'Abidjan. S'étendant sur une distance de 37,5 kilomètres et comprenant 20 stations, 21 ponts rail-route, un pont viaduc sur la lagune Ebrié, 40 passerelles piétonnes, l'ouvrage devrait relier la ville d'Anyama (Banlieue Nord d'Abidjan) à la commune abidjanaise de Port-Bouët, au Sud de la capitale économique ivoirienne. Il facilitera ainsi les déplacements dans la ville d'Abidjan en permettant de rallier en 50 minutes les deux extrémités du trajet, là où il faut encore plusieurs heures avec les embouteillages, indiquent les sources officielles.

Le Métro d'Abidjan devrait permettre de transporter à terme « 530.000 personnes par jour, 180 millions de voyageurs par an entre le Nord et le sud d'Abidjan », a indiqué Alassane Ouattara. Selon lui, pour atteindre les objectifs visés, le métro bénéficiera de toutes les technologies modernes. « Nous sommes à la fois heureux et fiers d'être aujourd'hui des témoins privilégiés du lancement des travaux de réalisation de la ligne 1 du Métro d'Abidjan (...). Avec une première ligne qui partira d'Anyama à Port-Bouët », s'est réjoui le ministre ivoirien des transports, Amadou Koné. D'après lui, la construction de ce train urbain vise à ''décongestionner'' le district d'Abidjan dont le nombre d'habitants est estimé à près de 5 millions, et de rendre plus fluide les déplacements dans cette mégapole dont l'une des ambitions est d'être un ''hub régional de transit''.

En effet, la capitale ivoirienne fait face à des embouteillages tous les jours surtout aux heures de pointe. Ceux-ci bloquent les axes principaux et occasionnent des pertes de temps et influent ainsi négativement sur les activités économique dans la ville. Le Métro d'Abidjan va considérablement fluidifier le trafic urbain. D'après des sources du gouvernement, les travaux de la première phase des travaux du métro devrait être achevée d'ici mi 2022.

Un projet financé à 100% par la France

La première ligne du projet Métro d'Abidjan bénéficie d'un fort appui de l'Etat français. Celui-ci prend entièrement en charge le projet pour un montant total de 1,4 milliards d'euros soit environ 918,34 milliards de francs CFA. Les sources officielles indiquent que le projet a été discuté entre le chef de l'État ivoirien Alassane Ouattara et son homologue français le 11 juin 2017 à l'Élysée et que le financement du métro d'Abidjan est l'un des premiers actes forts de coopération entre Paris et Abidjan depuis l'arrivée de Emmanuel Macron au pouvoir. Ainsi, les travaux seront exécutés par un consortium comprenant les entreprises Bouygues Travaux publics, Alstom et Colas Rail, et mobilisera environ 2.000 travailleurs. Pour le gouvernement ivoirien, il s'agit du plus important projet jamais réalisé en terre ivoirienne. 7

« La France vous a proposé une offre de financement sans précédent 1,4 milliard d'Euros. Jamais une telle offre n'a été proposée au démarrage des travaux d'un train urbain » a déclaré le chef d'Etat français, ajoutant même que cet appui est le signe de la confiance qui lie les deux nations.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/12/2017 à 21:17 :
Formez alors des nombreux techniciens pour entretenir CE METRO un peuple sans formation technique technologique et scientifique sans aucune base et connaissance scientifique de pointe peut il s'engager dans de tels investissements et pendant combien de temps pour la suite. Science et technologie maitrisées par les ivoiriens et dans l’intérêt des ivoiriens sont les réalités incontournables de progrès et des fondements de notre économie

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :