BAD : 253 millions de dollars pour une route transfrontalière entre le Kenya et l'Ouganda

Le Conseil d'administration de la banque africaine de développement (BAD) vient d'approuver un financement de 253 millions de dollars destinés au projet d'amélioration des infrastructures routières reliant le Kenya à l'Ouganda. Nairobi et Kampala se partageront l'enveloppe pour réaliser les travaux, chacun de son côté.
(Crédits : DR)

La Banque africaine de développement (BAD), fidèle à ses principes, ne cesse d'accompagner les projets infrastructurels sur le continent noir. Son conseil d'administration vient d'accorder son approbation à un financement total de 253 millions de dollars à l'endroit du Kenya et de l'Ouganda. Le financement est destiné à prendre en charge les travaux d'amélioration des infrastructures routières qui relient le Kenya et l'Ouganda.

« Cette intervention entre aussi dans la ligne de la stratégie décennale de la Banque (...) en contribuant à l'intégration des pays de l'Afrique centrale, en améliorant la qualité de la vie et en fournissant des facilités socio-économiques pour les populations de la zone concernée », a précisé Amadou Oumarou, le directeur des infrastructures, des villes et du développement urbain à la BAD à l'agence Ecofin.

Selon lui, cet appui de la BAD représente 89% des coûts totaux du projet du côté ougandais, et 88% du côté kényan. Ainsi les autorités kényanes et ougandaises devront contribuer respectivement à hauteur de 12% et de 11% au coût du projet.

En effet, Kampala et Nairobi se partageront le financement de la BAD, 105,7 millions de dollars pour le premier et  147,3 millions de dollars pour le second et devront réaliser les travaux chacun de son côté. Ceux-ci permettront de réduire de manière considérable la durée du voyage sur l'axe Kapchorwa-Suam côté ougandais et Suam-Endebess-Kitale-Eldoret, côté kényan. La durée de voyage sur cet axe de 118 km était de 5 heures 30 minutes. Le défi des deux gouvernements est de ramener cette durée à 2 heures de temps.

Renforcer l'intégration commerciale

En soutenant ce projet d'amélioration de l'axe routier entre le Kenya et l'Ouganda, la BAD vient de prouver une fois encore combien elle tient à l'intégration commerciale des pays africains.

« Ce projet multinational favorisera l'intégration régionale et les échanges transfrontaliers avec l'Ouganda et le Kenya à Suam. Il contribuera à l'amélioration des transports routiers et à la facilitation du commerce le long de la frontière à Suam en favorisant les liaisons de transport avec le Kenya, l'Ouganda, le Soudan du sud et la République démocratique du Congo », peut-on lire dans le document du projet de la BAD.

Un avis qui est partagé de part et d'autre. Selon le gouvernement kényan, la réduction de la durée du trajet entre les deux pays favorise de fait une dynamisation des échanges commerciaux entre leurs deux territoires. Les deux gouvernements attendent donc beaucoup de ce projet routier.

Les femmes africaines face au saut technologique

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.