Hôtellerie : à Bamako, Azalaï Hotel Salam s’offre une cure de jouvence

 |   |  524  mots
(Crédits : DR)
C'est tout un symbole pour le groupe Azalaï Hotel qui offre une véritable opération de lifting de son principal établissement de Bamako, celui par lequel a commencé l'histoire de la première chaîne hôtelière de l'Afrique de l'Ouest.

Depuis le 18 juin, Azalaï Hotel Salam, est provisoirement fermé pour des travaux de rénovation. « Un nouvel hôtel, rebaptisé et totalement relooké, verra le jour pour le grand plaisir de sa clientèle : Azalaï Hotel Bamako se prépare, métamorphosé, surprenant, avec des offres inédites, sans altérer pour autant l'âme de cet hôtel iconique » a annoncé le groupe dans un communiqué de presse.

Le nouvel établissement qui ouvrira ses portes à l'issue des travaux sera composé d'environ 200 chambres totalement rénovées ainsi que d'autres commodités notamment « un restaurant gastronomique respectant l'identité culinaire du groupe, des espaces de loisirs rénovés comme la piscine à débordement au cœur d'un grand jardin luxuriant, le complexe de salles de conférences, l'espace bien-être avec un spa, une sécurité renforcée ».

En attendant la fin des travaux, les deux autres établissements du groupe dans la capitale malienne, le Grand hôtel et Dunia Hôtel continueront d'accueillir les clients d'Azalai durant la période que le management annonce comme « courte ».

Lire aussi : Mossadeck Bally : « La digitalisation du secteur du tourisme est un enjeu crucial »

Renforcement de la stratégie panafricaine du groupe

Azalai Salam Bamako cède donc la place à Azalai Hôtel Bamako. Au delà de l'opération de rénovation, ces travaux s'inscrivent dans le cadre du renforcement de la stratégie d'expansion et de positionnement du groupe avec des établissements dans les principales capitales ouest-africaines. Dans le sillage de la montée en puissance du tourisme en Afrique, notamment celui des affaires, le besoin se fait crucialement sentir en matière de capacité litière. Présent dans plusieurs pays africains au niveau des principales villes, notamment Bamako, Abidjan, Ouagadougou, Bissau, Cotonou et Nouakchott, le groupe de Mossadeck Bally continue de contribuer à l'augmentation des capacités d'accueil des pays de la sous-région.

Fort de ses 25 années d'expérience, Azalai Hôtel poursuit son développement et les prochaines ouvertures sont prévues à Dakar au Sénégal, à Niamey au Niger et à Conakry en Guinée. « Nous sommes également en prospection à Lomé au Togo et dans l'espace anglophone à Lagos au Nigeria, à Accra au Ghana, à Monrovia au Liberia et à Freetown en Sierra Léone » a confié à La Tribune Afrique, le PDG du groupe, dans un entretien publié il y a quelques mois.

« Nous avons l'ambition d'être présents dans tous les pays de l'UEMOA, dans un premier temps, puis de la CEDEAO. Cependant, notre équipe de projets et de développement est actuellement en pleine étude pour d'éventuelles ouvertures dans des pays de l'Afrique Centrale et de l'Est » a annoncé Mossadeck Bally, PDG du groupe Azalai Hôtel.

Malgré le contexte sécuritaire qui affecte le tourisme dans la sous région, Azalai Hotel maintien donc le cap. « Le fléau du terrorisme est un phénomène mondial qui touche aujourd'hui la planète entière, y compris les plus grandes puissances en Occident » estime le PDG qui souligne aussi prendre conscience du fait que « les touristes deviennent de plus en plus résilients, surtout ceux qui voyagent pour les affaires ».

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/08/2018 à 0:06 :
Le Salam n'est pas l'hotel emblématique du groupe . L'hôtel emblématique du groupe c'est le Azalai Grand Hotel .
Le premier hotel de Mr Bally . Il vient au moins une a deux chaque semaine quand il est a Bamako. De plus c'est vraiment un hotel emblématique avec beaucoup de charme , un beau jardin et un personel unique. Je peux en parler en première personne car j'ai été une des directrice de cet établissement .

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :