Tourisme : le Cameroun réussira-t-il son challenge d'un million de visiteurs cette année ?

 |  | 425 mots
Lecture 2 min.
Des cases obus construites par la tribu des Mousgoum dans les villages de Pouss et de Mourla, dans l'extrême nord du Cameroun.
Des cases obus construites par la tribu des Mousgoum dans les villages de Pouss et de Mourla, dans l'extrême nord du Cameroun. (Crédits : DR.)
Depuis 2010, le Cameroun est considéré comme une destination touristique par l’Organisation mondiale du Tourisme. Mais ces dernières années, les attaques de Boko Haram, entre autres «épreuves», ont négativement impacté le secteur. Le gouvernement camerounais s’engage cette année à mettre fin à cette douloureuse expérience.

Le Cameroun veut s'imposer comme une destination touristique en Afrique. Et le pays semble avoir tous les atouts pour atteindre cet objectif. Avec sa forêt équatoriale, le Cameroun, un pays dominé par l'un des massifs montagneux les plus hauts d'Afrique, est bordé par l'océan Atlantique sur des centaines de kilomètres. D'ailleurs, à cause de la concentration de toutes les spécificités du continent noir sur son territoire, le pays de Paul Biya est souvent qualifié d'Afrique en miniature.

Fort de ces spécificités touristiques, le gouvernement camerounais veut atteindre cette année le nombre d'un million de touristes, soit près du double du nombre de visiteurs de l'année dernière.

Un boom qui va parallèlement booster les recettes touristiques du pays. Selon les projections du ministère du Tourisme et des loisirs (MINTOUL), un million de touristes équivaudrait à quelque 75 milliards de francs CFA de frais de visa, à 10 milliards de Fcfa de frais de timbres d'aéroport et à 120 milliards de Fcfa de taxes touristiques reversées à l'État.  Entre autres recettes, c'est un volume total de 1 000 milliards de francs CFA pour le pays de l'Afrique centrale. Si pour l'heure les autorités camerounaises n'ont pas encore dévoilé le plan de relance du secteur, il est certain que les travaux du centre touristique dans la ville de Douala, financé par le fonds d'investissements britannique Actis, seront lancés dès le mois de novembre 2017. Le centre coûtera 80 milliards de francs.

 De nombreux défis

Cependant, d'autres investissements sont nécessaires. Car malgré ses paysages magnifiques, le pays reste encore une destination de second choix pour de nombreux touristes. Coût élevé des billets d'avion et taxes aéroportuaires, mauvais accueil généralement réservé aux touristes,... les goulots qui étranglent le secteur touristique sont très nombreux, selon un rapport du gouvernement daté de 2013.

A cela, il faut ajouter les nombreuses attaques terroristes perpétrées par Boko Haram, notamment dans la partie septentrionale du pays. Elles sont tellement nombreuses que certaines chancelleries ont été obligées de mettre le Cameroun sur leurs listes des pays à éviter.

Mais ce n'est pas tout, car il a y également les tracasseries auxquelles les touristes sont victimes régulièrement. S'ils sont nombreux à admirer les feux de camp et danses traditionnelles au pied des magnifiques chutes de la Lobé de Kribi, les touristes se plaignent souvent des raquetteurs. Les commentaires sur les sites de réservation évoquent même des conditions d'hébergement et de restauration qui laisseraient à désirer.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/09/2017 à 22:49 :
Objet : Projet de modernisation et de développement du tourisme au Cameroun.

Le Cameroun sera doté d'une Plateforme de développement du Tourisme Territorial dénommée #TERRI-TOURISM# Le déploiement de cette plateforme va durer 2 ans 1/2.

Nous sommes convaincus que le déploiement de notre plateforme TERRI-TOURISM est de nature à fournir à l’industrie touristique du Cameroun une ressource au sommet de l’état de l’art pour son développement,

 Capable de doter, sans exception, tous les opérateurs touristiques d’outils (Web/mobile) pour la promotion et la gestion de
leur activité,

 Capable de fournir aux autorités, le contrôle de la communication du pays et des flux financiers,
 Capabled’attirerlesacteursdel’informel,verslesecteurréglementé,avecencorollairelesbénéficessurleplandesressources
publiques et de la police,

 Capable de fournir à l’État les moyens de démontrer à court terme son efficience pour améliorer la vie des camerounais, à
l’occasion d’une action collective de masse dont il est à attendre, à court terme, des résultats visibles,

Ce projet est porté par l'Agence de coopération international, de la promotion d'investissement et le développement au Cameroun. # ACIPID# en partenariat avec le Groupe CIOA France. www.cioa.com

La convention pour le développement de ce projet a eu lieu lors du FORUM INTERNATIONAL DU NUMERIQUE en MAI 2017

1. Ainsi, pour la plateforme TERRI-TOURISM,

Nous pourrons, déployer, dans les 3 à 6 mois, la plateforme CAMEROUN, afin de :
a) Doter chaque autorité régionale de support au Tourisme, sa plateforme TERRI-TOURISM locale
b) Offrir à tous les opérateurs camerounais, un pack de promotion gratuit, permettant
o Aux hôtels, gîtes et tous établissements d’hébergement, de proposer un système de réservations et la promotion de leur offre sur les plateformes internationales du tourisme
o Aux restaurants de tout le pays de publier en temps réel sur mobile, leur menu et prendre des réservations de tables ou de commandes à livrer,
o Aux taxis, de se faire géo-localiser et recevoir les réservations de courses des usagers,
o Aux artisans, de mettre en marché leurs productions artisanales, à travers des portails régionaux, faisant découvrir les richesses culturelles des territoires.

Le CAMEROUN aura ainsi domestiqué l’usage des TICs au bénéfice de l’artisanat qui contribue à plus de 30% de son PIB.
c) Aux autorités de comptabiliser les flux taxables de chaque opérateur
d) Aux jeunes diplômés, de participer aux programmes d’insertion pour se former et développer une activité dans les nouveaux métiers du numérique dédiés au tourisme.

2. Investissements touristiques
Nous avons également pu, par nos démarches, ouvrir au CAMEROUN, un programme d’investissement d’infrastructures hôtelières, pour donner l’opportunité aux propriétaires de terrains de valoriser leurs parcelles éligibles, par le biais de baux emphytéotiques.

Ainsi, sans contingence d’investissement, ils pourront voir construit sur leur terrain, un hôtel, exploité par les professionnels camerounais que nous formons, dont la pleine propriété leur reviendra sans frais, à trente ans.

Ainsi, outre la création à court terme de l’infrastructure hôtelière indispensable à l’accueil des touristes, cette opération va contribuer à l’émergence d’une classe moyenne camerounaise, avec la création, pour la prochaine génération, de nouveaux propriétaires d’hôtels qui n’auraient pas pu, autrement, accéder à ce statut.

Cette action présentée, sera de nature à rendre tangible l’action basée sur la plateforme TERRI-TOURISM, tout aussi concrète et porteuse de bénéfices, mais dématérialisée.

Elle donnera un axe de communication fort aux autorités, à destination des camerounais, qui pourront en capitaliser les fruits, au plan politique.

Pour tous informations ; Contactez MAMOUDOU NENE
nmamoudou@reseau-cioa.com

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :