Guinée-Bissau : promouvoir le tourisme pour en finir avec le trafic de drogue

 |   |  242  mots
(Crédits : Reuters)
La Guinée-Bissau dispose d’une nature et d’une biodiversité exceptionnelles et préservées mais peine à s’imposer comme une destination touristique. Le pays est à la fois miné par une instabilité politique est le trafic de drogue. Le président de la République, José Mario Vaz, veut aujourd’hui renverser cette tendance.

José Mario Vaz a affirmé sa volonté de développer le secteur touristique de son pays, lors d'une réunion samedi avec les opérateurs économiques à Bissau. En même temps, le chef de l'Etat bissau-guinéen a mis en garde les opérateurs contre tout trafic de drogue dans les zones touristiques, avertissant qu'il ne pardonnera aucune personne impliquée dans une affaire de drogue.

Des défis à relever

Une volonté ferme mais qui bute sur de nombreux obstacles. Malgré ses paysages forestiers et savanes de fortes identités ethniques et culturelles, le « narco-Etat », miné par les guerres de clan entre « des généraux alliés aux cartels de la drogue latino-américains », devra encore charmer les touristes et soigner son image longtemps écornée par les putschs qui se suivent et se ressemblent.

Le trafic de drogue, l'autre défi à relever. Dans un rapport d'International Narcotics Control publié en mars 2015, "le pays est clairement décrit comme une zone de transit pour le trafic de cocaïne".

Le président a conseillé aux opérateurs de ne pas s'aventurer dans ces pratiques illégales au risque de voir leurs activités interrompues et de devoir faire face à des poursuites judiciaires.

Selon la banque africaine de développement (BAD), le tourisme africain représente 4 % du tourisme mondial. Autant dire que, dans la sous-région, d'autres pays à l'image de la Guinée Bissau sont en retard dans le secteur des voyages.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :