Kenya, Ouganda, Rwanda, le «trois en un» du tourisme africain

Les pays du continent misent de plus en plus sur la synergie. En Afrique de l’Est, le Kenya, l’Ouganda et la Rwanda ont décidé d'unir leurs efforts, afin d'améliorer leur cote auprès des touristes du monde entier. Après la signature d’un accord tripartite en octobre, ces pays vont effectuer leur premier plan marketing conjoint la semaine prochaine à Londres au plus grand salon mondial du tourisme.
Ristel Tchounand
(Crédits : Reuters)

Les préparatifs du World Travel Market s'accélèrent. Et pour cause, le plus grand salon mondial de tourisme qui ouvrira ses portent à Londres du 7 au 9 novembre prochain à Londres est un événement d'envergure qui voit, chaque année, la participation d'au moins 5 000 personnes venues des quatre coins de la planète, pour promouvoir les destinations touristiques de leurs pays.

Alors que chaque pays se prépare pour y installer son stand, le Kenya, l'Ouganda et le Rwanda ont opté pour un stand commun, a annoncé le ministre ougandais du Tourisme, de la faune et des antiquités, Godfrey Kiwanda Ssuubi.

Pour rappel, ces trois pays d'Afrique de l'Est ont récemment signé un accord de coopération commun dans le domaine du tourisme qui consiste en la promotion commune des trois destinations comme s'il ne s'agissait que d'une seule. Objectif : booster les arrivées touristiques et indirectement l'économie des trois pays.

Des pays où le tourisme compte

Au Kenya, le tourisme, qui représente environ 11 % du PIB, est en difficulté depuis quelques années, une situation à laquelle l'attaque du centre commerciale Westgate à Nairobi -survenue en septembre 2013 et faisant 68 morts et plus de 200 blessés- n'est pas étrangère.

En Ouganda, le secteur, première source de devise, est traditionnellement considéré comme un maillon important de l'économie. En 2015, il a généré 2,6 milliards de dollars de revenus, soit 9,8 % du PIB et emploie 247 000 personnes. Mais selon les autorités, le potentiel du pays reste peu exploité.

Plus connu pour son boom technologique, le Rwanda tente également de diversifier son économie en misant, entre autre, sur le tourisme. Le pays qui a su mettre en place une stratégie de développement touristique qui a booster le nombre de visiteurs passé d'environ 25 000 à près d'un millions entre 2004 et 2012. Et la synergie créée avec ses voisins vise également à multiplier ses cordages économiques.

Visa touristique unique

L'accord conjoint entre les trois pays vise également l'instauration d'un visa unique. « Nous mettons en œuvre un visa touristique unique. C'est la première fois que nous signons un accord de ce genre et nous nous sommes engagés à promouvoir notre tourisme ensemble », a déclaré le ministre ougandais du Tourisme, Godfrey Kiwanda Ssuubi. Mais il tient à le préciser tout de suite : le promotion conjointe n'est pas synonyme de « politique moins agressive ». « Nous continuerons d'être innovants afin rafler la plus grande part de marché en Afrique de l'Est ».

De son côté, le gouvernement Kenyan a récemment appelé les autres pays de la sous-région ( Érythrée, Éthiopie, Djibouti, Somalie, Burundi, Tanzanie, Seychelles, Comores et Mayotte) à adhérer au visa touristique unique. Le but étant de bâtir une sous-région forte.

Cette stratégie touristique Rwando-ugando-kenyane est une première en Afrique. Signe que la tendance à la synergie observée depuis quelques temps ça-et-là à travers le continent, notamment en Afrique de l'Ouest dans le domaine financier, s'étend peu à peu à différents secteurs. Le World Travel Market de Londres sera encore l'occasion de le témoigner.

Ristel Tchounand
Les femmes africaines face au saut technologique

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 1
à écrit le 15/11/2016 à 23:22
Signaler
Faut pas oublie que Mayotte c'est l'un des départements française, le 101 depuis 2011. Donc les européens n'as pas besoin d'un visa pour aller là-bas. Mais bon ça reste une bonne idée.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.