Cameroun : Orange et MTN écopent de lourdes amendes pour non respect des cahiers des charges

 |   |  237  mots
(Crédits : DR.)
Au Cameroun l'Agence de régulation des télécommunications a infligé mercredi des sanctions financières lourdes à plusieurs opérateurs téléphoniques exerçant sur le territoire parmi lesquels Orange et MTN Cameroun. Les deux entreprises écopent respectivement de 1,5 et 1 milliard de Fcfa. Motif : de sérieux manquements observés et le non-respect des cahiers de charges.

La sanction, annoncée via un communiqué, intervient après plusieurs missions de contrôle effectuées par l'Agence et suivies de mis en demeure. D'après la note, des manquements «récurrents» ont été observés dans la mise en œuvre du décret de 2015, fixant les modalités d'identification des cartes SIM des abonnés et des terminaux.

Dans le détail, le régulateur reproche aux opérateurs «la commercialisation des SIM réactivées, la commercialisation des cartes SIM dans les rues, la détention par des personnes physiques de plus de trois cartes SIM et l'activation des numéros sans identification préalable».

Lire aussi : Pour le sommet de l'UA, Niamey se transforme en bunker à ciel ouvert

Autre raison évoquée, la sourde oreille des opérateurs malgré les multiples rappels à l'ordre de l'Agence sur «la dégradation persistante de la qualité de service des réseaux de communications électroniques, et en dépit des engagements fermes pris» par ces derniers.

Viettel Cameroun également dans le collimateur

Il y a un mois, indique le patron de l'agence, l'ART avait rejeté les catalogues d'interconnexion et d'accès des deux opérateurs et effectué des recommandations pour la baisse de certains tarifs. Des recommandations en ligne avec les instructions de l'Exécutif qui seront également restées lettre morte.

Pour rappel, Viettel Cameroun a également été condamné à payer une amende d'un milliard de Fcfa.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :