Cabinets d'affaires en Afrique  : les locaux s'organisent pour tirer leur épingle du marché

 |   |  1774  mots
(Crédits : Reuters)
Montée en flèche de la croissance continentale, hausse des volumes d'investissement étrangers, dynamisme entrepreneurial, libéralisations en cours, amélioration du climat des affaires et engouement des multinationales pour les ressources du sous-sol... Les raisons ne manquent pas pour faire de l'Afrique la terre promise des cabinets d'affaires occidentaux ! Mais les locaux veulent aussi leur part de marché.

Baker McKenzie, Allen & Overy, DLA Piper, Latham &Watkins, Linklaters, Dentons, Clyde & Co, les plus grandes écuries mondiales en matière de droit des affaires se ruent désormais sur le Continent pour tenir boutique en Afrique.

« Les cabinets y voient un relais de croissance pour leurs marchés saturés dans lesquels les grands projets à forte valeur ajoutée et mobilisant de grandes équipes d'experts n'existent plus - villes nouvelles, infrastructures, énergie », analyse Christophe Bachelet, administrateur de DLA Piper au Maroc.

Le plus souvent, ces grands cabinets s'appuient sur leur renommée déjà bâtie à l'international pour se poser en référence dans l'accompagnement des multinationales dans leur implantation, des États dans la (re) négociation des contrats, des fonds d'investissement dans leur placement ou encore les organismes de coopération attirés par les perspectives sur le Continent. Il faut ajouter qu'avec leurs moyens financiers, techniques et humains conséquents, les grands cabinets creusent leur avance.

En face, les cabinets locaux comptent bien se faire une place sur ce marché. Sans aller jusqu'à prétendre les mettre en coupe réglée, les homologues étrangers...

Article réservé aux abonnés

Vous n'êtes pas abonné ? Abonnez-vous !
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :