Au Maroc, un secteur de l'énergie dépendant des importations

 |   |  294  mots
(Crédits : Shutterstock)
Presque entièrement dominé par les énergies fossiles, qui couvraient 90 % de la consommation d'énergie primaire en 2015, le secteur de l'énergie du Maroc est quasiment uniquement dépendant des importations. Le pétrole, à lui seul, représentant environ 62 % de ces importations.

Avec une émission de CO2 de 1,60 t CO2 par habitant, le Maroc affiche des émissions 58 % supérieures à la moyenne africaine. Pour le pays, il est désormais urgent de se tourner vers les énergies renouvelables qui n'assurent actuellement que 19,6 % de la production d'électricité.

Le Maroc se tourne massivement vers les énergies renouvelables

Depuis plusieurs années, les énergies renouvelables se développent rapidement au Maroc, notamment grâce au soutien de l'État, qui s'est fixé comme objectif d'atteindre 42 % d'énergies renouvelables dans la production d'électricité à l'horizon 2020, et 52 % en 2030.

Pour mieux comprendre les enjeux et le potentiel du pays dans ce domaine, les grands chiffres à retenir sont les suivants :

  • La capacité installée du Maroc en 2015 était de 8261,7 MW.
  • 32,8 TWh : c'est la production d'électricité du Maroc en 2017, avec plus de 80 % d'énergies fossiles, dont 18,6 % de gaz naturel.
  • 32 % d'augmentation de la consommation énergétique au Maroc entre 2007 et 2017 (20,5 Mtep).
  • 9,5 % : c'est la part de l'éolien dans la production électrique du Maroc en 2017 ; avec 4 % pour l'hydroélectricité et 1,3 % pour le solaire.
  • 5 % de croissance de la demande d'électricité sont envisagés chaque année d'ici 2021.
  • Le Maroc s'est engagé à réduire ses émissions de gaz à effet de serre de 42 % à l'horizon 2030.
  • Le potentiel éolien du Maroc est estimé à 25 000 MW, dont environ 6000 MW pouvant être mis en production à l'horizon 2030.
  • 3000 heures/an : c'est l'ensoleillement du Maroc, avec 5 kWh/m2/jour d'irradiation.
  • 200 : c'est le nombre de sites exploitables en matière d'énergie hydraulique.
  • Le pays prévoit un investissement de 156 milliards de dirhams dans les énergies renouvelables d'ici 2020.
  • 17 kilomètres de long sur 6 kilomètres de large : ce sont les dimensions pharaoniques du parc éolien de Tarfaya, plus grand parc éolien du continent africain.
  • Fin 2018, la dépendance aux énergies fossiles était passée à 93 % contre 98 % en 2008.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :