Les routes du Bénin bientôt éclairées à l'énergie solaire

 |   |  522  mots
Place de l'Etoile rouge à Cotonou, la capitale économique et la plus grande ville du Bénin .
Place de l'Etoile rouge à Cotonou, la capitale économique et la plus grande ville du Bénin . (Crédits : Shutterstock)
L'entreprise française Fonroche Lighting va installer 15 000 de ses lampadaires solaires au Bénin. Cet éclairage autonome permettra d'illuminer plusieurs centaines de kilomètres de voirie reliant une quinzaine de localités béninoises.

Les premières poses sont programmées pour le mois de décembre, s'insérant dans le cadre d'un chantier global qui devrait s'étaler sur un an. Durant cette période, l'entreprise Fonroche Lighting, basée à Agen, dans le Lot-et-Garonne, déploiera 15 000 de ses lampadaires publics solaires autonomes sur plusieurs centaines de kilomètres de voies au Bénin, reliant ainsi une quinzaine de localités.

Un marché à 22 millions d'euros, décroché par le leader mondial de l'éclairage public autonome suite à un appel d'offres lancé par le gouvernement béninois il y a quelques mois et dans le cadre duquel Fonroche Eclairage, dans sa version française, s'engage à assurer la fourniture, l'installation et la maintenance de ses 15 000 luminaires publics nouvelle génération.

Ecologique, économique et performant

S'inscrivant dans le cadre du programme béninois « Asphaltage », qui consiste à moderniser et éclairer des centaines de kilomètres de voirie dans un pays où l'éclairage public des routes est totalement absent, la technologie « mâture et robuste » proposée par Fonroche Eclairage « produira la même puissance que l'éclairage public traditionnel (15 à 20 lux selon les besoins), fonctionnera 365 jours par an, sans coupure et ne nécessitera pas de maintenance durant dix ans », précise Laurent Lubarno, son directeur général.

Ne nécessitant aucune installation de production d'énergie, à l'instar d'une centrale nucléaire ou à charbon, ni d'infrastructure qui les accompagne (tranchées, câbles, tableaux électriques, etc.), le procédé s'avère tout aussi économique qu'écologique, permettant de réduire de plus de moitié le coût des investissements nécessaires liés à l'éclairage en réseau.

Lire aussi : Peut-on déjà parler de smart cities en Afrique ?

Monitoring à distance

Grâce à des capteurs connectés, l'ensemble de l'installation pourra par ailleurs être géré à distance depuis un centre de contrôle, permettant ainsi de suivre la performance des lampadaires en réceptionnant les informations émises depuis l'installation et de pouvoir modifier les conditions d'éclairage en cas de besoin. « C'est un vrai phénomène de société, l'éclairage propre installé apporte un sentiment de sécurité aux habitants, tout en favorisant la sociabilisation du territoire et son développement économique, notamment par la création de centaines d'emplois dans le pays », argue encore le représentant de l'entreprise française, qui poursuit par ce chantier son développement en Afrique.

Au Sénégal, un projet d'envergure sur deux ans

C'est en effet à Fonroche Lighting que le Sénégal a confié le projet d'éclairage public d'un tiers de sa population, en moins de deux ans, pour un budget global de 87 millions d'euros. Démarrés en juin dernier, quelque 150 à 200 lampadaires solaires autonomes sont actuellement installés sur les voiries sénégalaises chaque jour, 6 000 ayant été posés depuis le début de ce chantier. En s'appuyant sur une présence affirmée dans 40 pays, le leader mondial français de l'éclairage public autonome entend à présent s'implanter progressivement en Asie du Sud-Est.

>>> Aller plus loin : Comment l'énergie solaire peut réellement changer la donne en Afrique

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/03/2020 à 22:49 :
Sur quelles données scientifiques et techniques vous vous appuyez pour affirmer que c'est "écologique, économique et pertinent" ???

Combien de co² émis pour la construction *
Quel cout vs autre système ?

* le solaire émet 3 à 5 fois plus de co² :kwh produit que l'éolien ou que le nucléaire sans compter le stockage

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :