Énergie solaire  : les pays africains champions en la matière

 |   |  423  mots
(Crédits : Reuters)
Avec une population qui pourrait atteindre les 2,5 milliards d'habitants en 2050, le continent africain va devoir relever de nombreux défis, notamment en matière d'accès à l'énergie pour tous. Actuellement, plus de 645 millions d'Africains n'ont pas accès à une source d'électricité. En Afrique, le solaire photovoltaïque ouvre ainsi de nouvelles perspectives en matière d'électrification, tout en développant les énergies propres. Certains pays l'ont bien compris et ont déjà largement misé sur le solaire dans leur mix énergétique.

Ces pays qui misent sur un développement de l'énergie solaire

Le Maroc fait figure d'exemple : avec pour objectif de produire 2000 MW d'énergie solaire à l'horizon 2020, le pays parie notamment sur le solaire thermodynamique. Ainsi, le royaume ne vise pas moins de 42 % d'énergie renouvelable dans son mix énergétique d'ici 2020, et 52 % en 2030.

C'est au Maroc que l'on trouve ce qui est amené à devenir le plus grand complexe solaire thermodynamique du monde, avec une capacité de 580 MW, dont 72 MW en photovoltaïque. Un pas de géant puisque le solaire thermodynamique, contrairement au photovoltaïque, permet de stocker l'énergie en la transformant en énergie thermique utilisable à la demande.

L'Afrique du Sud fait également partie des pays africains leaders en matière d'énergie solaire. Inauguré en octobre 2014, le parc photovoltaïque de Jasper en est un parfait exemple : 325 000 panneaux solaires répartis sur 145 hectares, l'équivalent de 200 terrains de football.

Dans les faits, le pays est au premier rang du continent en matière de solaire thermique et se classait au 19e rang mondial en 2016. La centrale solaire Kathu Solar Park, récemment reliée au réseau sud-africain, doit atteindre une puissance de 100 MW, avec une superficie de pas moins de 240 hectares.

>>> Lire aussi : Où en est l'Afrique sur la mobilité électrique ?

Les nouveaux acteurs de l'énergie solaire en Afrique

Avec l'un des plus grands potentiels en matière d'énergie solaire, l'Algérie a choisi de lancer un programme en février 2015, avec pour objectif, une capacité de production de 22 000 MW grâce aux énergies renouvelables : 10 575 MW en solaire photovoltaïque et 2000 MW en thermosolaire.

Depuis 2018, le pays a commencé à concrétiser ses ambitions, avec des appels d'offres qui devraient permettre de bénéficier d'une capacité totale de 150 MW, et des centrales réparties dans les régions de Ghardaïa, Biskra, Ouargla, El Oued, Tendala et Nakhla.

L'Egypte, quant à elle, souhaite devenir un acteur incontournable du solaire dans les années à venir. Poursuivant ses investissements, elle a récemment mis en service une centrale solaire capable de produire 5 MW d'électricité par jour dans la ville de Charm el-Cheikh. La première centrale du pays est installée à Benban, depuis fin 2017. Un parc solaire qui devrait se développer pour atteindre une capacité de production de près de 2 GW répartie sur 32 centrales. À l'horizon 2020, le pays aimerait profiter de 20 % d'énergie renouvelable dans son mix énergétique (42 % en 2035).

>>> Aller plus loin : Quels projets d'éolien offshore pour le continent ?

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/10/2019 à 16:16 :
Au mois de mai 2018, l’Algérie compte 24 centrales photovoltaïques et une ferme éolienne, cumule une puissance installée évaluée à 354,3 mégawatts (MW), dont 344,1 MW d’énergie photovoltaïque, produite par 24 centrales, et une infime partie, 10,2 MW, d’énergie éolienne, produite par une seule centrale

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :