Madagascar : la future centrale hydroélectrique d'Onive produira 1 500 GWh par an

 |   |  515  mots
(Crédits : Pixabay)
Alors qu'un ultime accord-cadre vient d'être signé entre le gouvernement malgache et le consortium NEHO, les travaux du barrage de Sahofika, sur la rivière Onive, devraient débuter début 2020. L'énergie produite fournira l'équivalent de la consommation annuelle de deux millions de foyers.

Cette fois, c'est la bonne. Lancé en 2011, le projet d'aménagement du barrage de Sahofika était resté sans suite jusqu'en 2016. Il est alors relancé à la suite de la signature d'un accord entre le gouvernement malgache et le consortium Neho (Nouvelle énergie hydroélectrique de l'Onive). Trois ans plus tard, le dossier a bien avancé. Un ultime accord-cadre a récemment été signé entre le gouvernement malgache et le consortium Neho.

Le commencement du chantier est désormais programmé pour début 2020. Les travaux de construction de la centrale hydroélectrique seront supervisés par la société de BTP française Eiffage. L'équipement sera ensuite exploité par le groupe panafricain Eranove, qui assurera également son entretien et sa maintenance. Le développeur de projets marocain Themis participe également au programme.

«Nous sommes très reconnaissants vis-à-vis des autorités malgaches pour cette confiance renouvelée», a déclaré Florent Janssen, directeur du développement au sein du groupe Eiffage, dans un communiqué. Le contrat de concession avec le ministère malgache de l'Énergie, de l'Eau et des Hydrocarbures, de même que le contrat d'achat d'électricité avec la Jirama -compagnie nationale d'eau et d'électricité de Madagascar- devraient, eux, être conclus dans les prochains jours.

Lire aussi : Eolien offshore : où en sont les projets en Afrique ?

Une puissance de 200 MW

Située sur la rivière Onive, à une centaine de kilomètres au sud de la capitale Antananarivo, la centrale hydroélectrique de Sahofika disposera de sept turbines, pour une puissance installée de 200 MW. Il est d'ores et déjà prévu de pouvoir la pousser jusqu'à 300 MW si un projet d'extension était envisagé. Elle produira 1 500 GWh par an, soit l'équivalent de la consommation annuelle de deux millions de foyers. A l'heure actuelle, la capacité de production d'électricité de l'île est de 400 MW, dont seulement 270 MW sont réellement disponibles.

«La centrale va non seulement augmenter la production d'électricité à Madagascar pour accompagner la croissance économique et le développement social, mais va aussi contribuer de façon significative à l'équilibre économique et financier du secteur de l'électricité, avec une énergie compétitive et durable. Avec le projet de Sahofika, la part d'énergie verte dans le mix énergétique de Madagascar sera à terme prépondérante», a de son côté expliqué Marc Albérola, directeur général du groupe Eranove.

«Le projet permettra également de résorber le déficit chronique sur le réseau interconnecté d'Antananarivo et de répondre à la croissance de la demande pour tout le pays», a précisé Tas Anvaripour, directrice générale du groupe Themis. Celle-ci est estimée entre 2 300 et 3 300 GWh/an à l'horizon 2030, selon une étude de la Banque mondiale. Au total, le coût du projet de la centrale hydroélectrique d'Onive est estimé à 800 millions d'euros. Un budget important, essentiellement financé à travers un partenariat public-privé, et auquel participe également la Banque africaine de développement. Son entrée en production est prévue à l'horizon 2024.

Aller plus loin : Quel mix énergétique pour l'Afrique en 2050 ?

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :