En Tunisie, toujours plus d'énergies renouvelables

 |   |  478  mots
(Crédits : Pixabay)
Alors qu'elle produit 3% de son électricité à partir d'énergies renouvelables, la Tunisie vise 30% d'ici 2030. Misant essentiellement sur le solaire et l'éolien, elle compte construire suffisamment de centrales pour produire l'équivalent de 3 500 MW en dix ans.

Comparée à certains de ses voisins, la Tunisie avait du retard dans son programme de développement des solutions alternatives au pétrole et au gaz. La production d'électricité à partir des énergies renouvelables n'y est, à l'heure actuelle, que de l'ordre de 3%, contre près de 35% pour le Maroc. La Tunisie a néanmoins fait des progrès, et envisage désormais l'avenir plus sereinement. Elle a même confirmé ses prévisions : 12% d'énergies renouvelables dans le mix énergétique d'ici 2020, puis 22% à l'horizon 2022, et enfin 30% en 2030. Cette année-là, le programme national d'énergies renouvelables prévoit que l'équivalent de 3 500 MW aura été aménagé et mis en service sous forme de centrales solaires ou éoliennes.

De quoi satisfaire 30% de la demande nationale en électricité. Récemment, le gouvernement tunisien a ainsi annoncé que les entreprises qui seront chargées de la construction et de la gestion d'une première tranche de centrales solaires -pour une puissance totale de 500 MW- seront désignées en septembre prochain.

«Cette mise en concurrence changera la donne dans le secteur électrique, parce qu'il permettra la production d'une énergie propre, tout en permettant au pays de prendre part au changement qui advient actuellement dans le monde dans ce sens», a déclaré Slim Feriani, ministre tunisien de l'Industrie et des PME, auquel est rattaché le secteur de l'énergie. Au total, 16 entreprises ont été présélectionnées pour les différents projets que comprend cette première tranche.

Lire aussi : Énergies renouvelables : où en est la Tunisie ?

Le soutien de la Banque mondiale

Non seulement la Tunisie respecte, pour l'instant, son calendrier, mais elle pense même pouvoir faire mieux. «Quand nous avions fixé l'objectif de 3 500 MW, nous étions plus prudents et précautionneux. Mais aujourd'hui, à la vitesse où vont les choses, nous pourrons accélérer l'atteinte de cet objectif. Nous pensons pouvoir mettre les 3 500 MW en place bien avant 2030», a lancé Slim Feriani. Et une bonne nouvelle ne venant jamais seule, la Banque mondiale vient d'annoncer qu'elle allait allouer 151 millions de dollars -soit 134 millions d'euros- à la Tunisie, afin de soutenir son programme national d'énergies renouvelables. Un plan de modernisation de la Société tunisienne de l'électricité et du gaz est également inclus dans cette enveloppe.

«Ce nouveau projet représente un investissement important, afin de faire de l'énergie un secteur plus respectueux de l'environnement, énergétiquement efficace, et économiquement durable», a expliqué Tony Verheijen, représentant de la Banque mondiale à Tunis. Avec ce programme résolument tourné vers l'avenir, la Tunisie espère bien réduire sa dépendance énergétique voire, à terme, à accéder à l'autosuffisance, du moins en ce qui concerne sa production d'électricité. Ces mesures permettront également de réduire l'impact de la production d'électricité sur l'environnement.

>>> Aller plus loin : Les grands chantiers énergétiques africains pour 2019

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :