Energies renouvelables : l'Algérie entre dans une nouvelle ère énergétique durable

 |   |  307  mots
(Crédits : DR)
L'Algérie prévoit le déploiement à grande échelle du photovoltaïque et de l'éolien et l'accompagnera, à moyen terme, de la production d'énergie à partir du solaire thermique ; l'intégration de la cogénération, de la biomasse et de la géothermie est également prévue. Déjà 23 centrales photovoltaïques de près de 500 MW ont été réalisées.

En Algérie, 27% de la production d'électricité destinée à la consommation sera d'origine renouvelable à l'horizon 2030, soit le double de la capacité actuelle du parc national de production d'électricité.

Un véritable défi car aujourd'hui, seulement 0,5% de la production totale d'électricité dans ce pays provient de sources renouvelables tandis que 98% des installations fonctionnent à l'énergie fossile. Dès lors, on comprend à quel point il est impératif d'assurer le développement de l'industrie des EnR en Algérie.

En parallèle, la mise en place rapide d'un cadre attractif pour attirer les technologies s'impose. C'est ainsi que le gouvernement algérien a placé au rang de priorité absolue son Programme national de développement des énergies renouvelables. Celui-ci prévoit une production d'ici à 2030 de 22 000 mégawatts (MW) d'électricité issues de sources renouvelables, destinée au marché intérieur, en plus de 10 000 MW supplémentaires à exporter. Cela à la fois pour préserver les ressources fossiles mais aussi prolonger durablement l'indépendance énergétique du pays et diversifier ses sources de d'électricité.

Ainsi, l'Algérie prévoit le déploiement à grande échelle du photovoltaïque et de l'éolien et l'accompagnera, à moyen terme, de la production d'énergie à partir du solaire thermique ; l'intégration de la cogénération, de la biomasse et de la géothermie est également prévue. Déjà 23 centrales photovoltaïques de près de 500 MW ont été réalisées. Et pour cause, l'Algérie dispose d'un des gisements solaires les plus importants au monde avec un ensoleillement annuel de plus de 3 500 heures. Dès lors, on comprend pourquoi elle considère cette énergie comme une opportunité et un levier de développement économique et social, notamment à travers l'implantation d'industries créatrices de richesse et d'emplois. Ou quand l'Algérie, entre dans une nouvelle ère énergétique durable.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :