Gabon : Asonha Energie développera le projet de barrage hydroélectrique Kinguélé Aval

Située dans la région de la Mbei en aval des centrales existantes de Tchimbele et de Kinguele, la future infrastructure produira quelque 205 GWh par an, soit 13% de la consommation actuelle de l'agglomération de Libreville.

3 mn

(Crédits : Reuters)

Asonha Energie, société de projet détenue par le Fonds gabonais d'investissements stratégiques (FGIS) et le fonds Meridiam, a signé ce mardi 27 octobre un contrat clé en main pour le développement du barrage hydroélectrique Kinguélé Aval d'une capacité de 35 Mégawatts. Le projet produira une énergie d'environ 205 GWh par an, soit 13% de la consommation actuelle de l'agglomération de Libreville.

Ce contrat de construction fait suite au contrat de concession signé entre l'Etat gabonais et la société Asonha Energie le 24 octobre 2019, pour la conception, la construction, le financement, l'exploitation et la maintenance d'un aménagement hydroélectrique d'une capacité de 35MW.

Inclusion sociale et création d'emplois

Située dans la région de la Mbei en aval des centrales existantes de Tchimbele et de Kinguele, cette infrastructure d'envergure viendra créer une synergie d'ouvrages et permettra à la Société d'énergie et d'eau du Gabon (SEEG) d'optimiser la production et la fourniture d'énergie dans la région. D'après un communiqué conjoint, ce partenariat public-privé commandera des biens et des services auprès d'entreprises gabonaises, soutenant ainsi la relance économique.

Le projet Kinguele Aval créera plus de 700 emplois et participera largement à l'électrification des zones rurales telles que Andock Foula, contribuant à l'inclusion sociale au Gabon., estiment ses initiateurs. « Un précédent appel d'offres, dont le processus avait été élaboré conformément aux standards internationaux les plus stricts, y compris ceux de la Banque Mondiale, a abouti en septembre 2020 à l'attribution du marché à l'entreprise Sinohydro ».

Les travaux du futur barrage seront officiellement lancés avant la fin de l'année, avec une première mise en service prévue en 2023. Le coût des travaux sera financé par le Consortium FGIS-Meridiam et un pool de banques multilatérales.

« Le FGIS a pour mission d'être le catalyseur d'une transformation structurelle et pérenne de l'économie de notre pays, notamment dans le contexte de relance économique issue de la crise Covid. En investissant dans des secteurs clés tels que la santé, l'éducation et l'énergie, nous souhaitons contribuer au bien-être des populations gabonaises. Kinguélé Aval est le premier d'une longue série de projets structurants et innovants, qui participeront à la croissance et au développement économique et social du Gabon et amélioreront l'accès à une énergie propre pour tous », déclare Akim Mohamed Daouda, administrateur-directeur général du FGIS.

« Notre objectif est de faire du Gabon un des fers de lance des économies d'Afrique Centrale, en diversifiant nos infrastructures et en développant des projets structurants pour les générations futures. La confiance sans faille des investisseurs internationaux et le dynamisme de nos champions nationaux nous permettront de concrétiser notre vision », explique Alain Claude Bilie-By-Nze, ministre d'Etat, ministre de l'Energie et des ressources hydrauliques du Gabon.

FGIS, un levier de diversification de l'économie

Pour rappel, Sinohydro Group est une société de génie civil basée à Pékin et spécialisée dans la construction de barrages hydroélectriques. Gabon Power Company (GPC) quant à elle est une société d'investissement détenue à 100% par le FGIS, créé en 2015 dans le but de développer les projets du FGIS dans les secteurs de l'énergie et de l'eau potable. GPC développe actuellement un ensemble de trois projets de barrage hydroélectrique, une centrale thermique et un projet de station de traitement d'eau.

Le Fonds gabonais d'investissements stratégiques a été créé en 2012 avec l'ambition de favoriser la diversification de l'économie, à travers des activités suffisamment génératrices de revenus pour se substituer à ceux tirés de la production de pétrole. Le FGIS, gestionnaire exclusif du Fonds souverain de la République gabonaise, investit aujourd'hui dans des secteurs stratégiques, tels que l'énergie, la santé, l'éducation, les infrastructures, et l'écotourisme. Il est considéré aujourd'hui comme le levier opérationnel pour la préservation des richesses pour les générations futures.

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.