Mines : une transaction scellée autour de 1.180 tonnes d'oxyde d'uranium mauritanien

 |   |  267  mots
Au total, se sont donc 1.180 tonnes d'oxyde d'uranium mauritanien qui sont concernés par cette opération.
Au total, se sont donc 1.180 tonnes d'oxyde d'uranium mauritanien qui sont concernés par cette opération. (Crédits : Aura Energy)
La compagnie minière australienne Aura Energy et la société Curzon Uranium Trading ont conclu cette semaine un accord visant la vente d'environ 360 tonnes (800.000 livres) d'oxyde d'uranium sur une période de 7 ans. L'information a été donnée par Aura Energy qui a également indiqué l'accord porte sur la future production de son projet Tiris, en Mauritanie, à hauteur de 1,8 million de tonnes supplémentaires.

Aura Energy a trouvé un acheteur pour l'uranium de Tiris en Mauritanie. La compagnie australienne a annoncé mardi avoir signé un accord avec Curzon Uranium Trading (CUT) pour lui vendre 800.000 livres (362 tonnes) d'oxyde d'uranium (U3O8) sur une période de 7 ans, à compter du début de production, ainsi que de mettre à sa disposition une production supplémentaire optionnelle de 1,8 million de livres (816 tonnes). Dans leur accord, les deux parties ont fixé le prix unitaire à plus de 44 dollars la livre, au-dessus du prix au comptant de la livre d'uranium sur le marché et les coûts d'exploitation totaux du projet Tiris, a ajouté Aura Energy dans son communiqué. Au total, se sont donc 1.180 tonnes d'oxyde d'uranium qui sont concernés par cette opération.

Lire aussi : La Namibie veut accueillir 4 stations du projet SKA, le plus grand radiotélescope au monde

Pour le président exécutif d'Aura, Peter Reeve, cet accord est un pas franchi vers la production d'uranium du projet Tiris. « La conclusion de cet accord intervient après de nombreux mois de négociations et rapproche clairement Aura du statut de producteur », a-t-il déclaré.

La compagnie australienne qui détient 100% du projet d'exploitation, mène actuellement une étude de faisabilité définitive qui est en cours d'achèvement. Celle-ci devrait non seulement fournir des informations importantes sur la production mais aussi permettre d'identifier les étapes du projet d'exploitation de minerais d'uranium évalué à 65 millions de livres. D'après les sources proches de la société, les premières productions sont attendues pour 2020.

Lire aussi : Energie : l'Afrique, planche de salut de l'industrie nucléaire mondiale ?

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :