Électrification (1/3) , Akon à la rescousse des campagnes

 |  | 500 mots
Lecture 3 min.
(Crédits : Dagency)
650 millions d’Africains vivent aujourd’hui dans le noir. En moyenne, ce sont 10 millions de personnes de plus qui n’ont plus accès à l’énergie sur le continent chaque année. Face à l’urgence dont témoignent ces chiffres, plusieurs initiatives ambitionnent de faciliter l’accès à l’électricité. Après une carrière musicale bien remplie, le chanteur de R’nB Américano-Sénagalais, Akon a des objectifs moins musicaux sur son continent d’origine. Il veut apporter l’électricité à 16 millions d’Africains d’ici 2020. Ambitions philanthropiques ? Oui, mais sous-tendues par le business.

« En 2 ans, Akon a fait pour l'Afrique plus que toutes les ONG occidentales présentes depuis 30 ans ». Cette pique lancée en chœur par la presse panafricaine rend bien compte de l'accueil réservé au projet lancé en février 2014 par le chanteur américain d'origine sénégalaise, Akon. « Cette idée m'est venue au Sénégal en revenant dans des quartiers où j'avais grandi et qui, quinze ans après, étaient toujours privés d'électricitéLes infrastructures n'avaient pas bougé. Des anciens sont venus nous voir et nous ont demandé de trouver des solutions à la crise énergétique ».

De l'aveu même du crooner de 43 ans, tout est parti de cette injonction des "anciens" dans une Afrique où leur voix est encore religieusement écoutée. Baptisé « Akon Lighting Africa », le projet porté par Alioune Badara Thiam, de son nom de baptême, ambitionne d'alimenter 16 millions de foyers dans 40 pays africains d'ici 2020. Comment ?

un ensoleillement annuel de 320 j en Afrique

Profiter des 320 jours d'ensoleillement annuels en Afrique pour proposer trois dispositifs solaires à destination de zones rurales : des lampadaires destinés à l'éclairage public, des micro-centrales solaires pour l'utilisation communautaire, et des kits prépayés de raccordement à l'électricité domestique.

En deux d'existence Akon Lighting Africa a installé 100 000 lampadaires solaires, 1 200 mini-réseaux photovoltaïques et 102 000 kits domestiques dans 480 localités de 15 pays. Il revendique même d'avoir créé quelque 5 000 emplois indirects.

Pour financer le projet, Akon a parcouru une quarantaine de capitales africaines et a réuni une ligne de crédit d'un milliard de dollars auprès de partenaires internationaux comme le China Jiangsu International Group et Ecobank, basée au Togo. Il faut y ajouter une enveloppe chinoise d'un milliard de dollars.

Le projet semble bien parti pour tenir ses promesses au vu des chiffres. En deux ans d'existence, Akon Lighting Africa a installé 100 000 lampadaires solaires, 1 200 mini-réseaux photovoltaïques et 102 000 kits domestiques dans 480 localités de 15 pays. Il revendique même d'avoir créé quelque 5 000 emplois indirects.

Green business et philanthropie

Mais au-delà du retour aux origines et des objectifs philanthropiques, le chanteur au quarante millions de disques vendus, désormais passé producteur, signe son entrée dans le green business aux côtés de deux autres fils de la diaspora issus du continent.

Le projet Akon Lighting Africa est porté par Solektra International. Filiale du holding Africa Development Solutions(ADS) Global Corporation, elle est présidée par l'entrepreneur malien de 44 ans, Samba Bathily, spécialiste des énergies renouvelables, de la finance et de la construction. Akon siège dans le tour de table de Solketra en tant que président du conseil d'Administration aux côtés de Thione Niang, un expatrié sénégalais de 38 ans désigné, directeur associé. C'est depuis le 66ème étage de l'Empire State Building où se trouve le siège de Solektra que ce trio compte conquérir le business du solaire sur le continent.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :