Nigeria : l’incendie d’un oléoduc met en péril la production électrique

 |   |  345  mots
(Crédits : Reuters)
Le réseau électrique nigérian risque de connaître de sérieuses turbulences après qu’un incendie dans une partie de l’oléoduc Escravos-Lagos ait forcé les autorités à stopper l’approvisionnement en gaz de centrales électriques produisant un total de 3.000 MW.

Le Nigeria risque de connaître de graves perturbations de son réseau électrique après un incendie sur un oléoduc. Cet incident a selon les autorités interrompu l'approvisionnement en gaz d'unités produisant plus de 3.000 mégawatts et a déjà fortement perturbé la distribution électrique dans le pays dans la nuit du 2 au 3 janvier.

Dépendance aux hydrocarbures

Pour contenir l'incendie de l'oléoduc Escravos-Lagos appartenant à la Nigerian National Petroleum Corp (NNPC), dans l'Etat d'Edo méridional, les autorités ont été obligées d'arrêter complétement le gazoduc alimentant la centrale d'Egbin, d'une capacité de 1.320 MW, ce qui en fait la plus importante du pays, ainsi que cinq autres stations.

Selon le ministère de l'Electricité, des Travaux publics et du Logement, cette interruption a « handicapé » le réseau de transmission national. Pour rappel, la plus grande partie de l'électricité du Nigeria provient de la production thermique. Le gaz produit par les opérateurs pétroliers et gaziers est livré aux centrales électriques via des pipelines appartenant à la Compagnie nigériane de traitement et de transport du gaz, filiale de la NNPC.

Production totale 7.000 MW

Les autorités épaulées par les opérateurs concernés ont déclaré dans un communiqué « travailler à la reprise des opérations », sans toutefois donné de délais où de détails sur l'ampleur des dégâts. La perte même momentanée de 3.000 MW ne peut avoir que de graves répercussions sur la distribution électrique, sachant que le pic de production d'énergie s'est établi à 7.000 MW en décembre dernier, dont 5.155 ont été distribués.

Le production d'électricité reste le talon d'Achille pour le plus important producteur de pétrole du continent. Le secteur est entravé par le manque, l'obsolescence et les attaques qui touchent les infrastructures d'approvisionnement en gaz et en énergie ce qui se répercute sur une population de 180 millions de personnes. L'Afrique du Sud qui compte le tiers de la population nigériane dispose de son côté d'une capacité de production de 40.000 MW.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :