Volkswagen renforce son unité de production au Kenya

 |   |  586  mots
(Crédits : Reuters)
Volkswagen semble décidé à donner un coup d'accélérateur à son unité d’assemblage au Kenya. Le constructeur vient de communiquer aux autorités kényanes le renforcement prochain de la capacité de production du site de Thika et l’introduction d’un nouveau modèle dans le portefeuille de production de l’usine kényane.

Le constructeur automobile allemand Volkswagen (VW) prévoit de renforcer la capacité de production de son unité d'assemblage kényane et pourrait y lancer le montage d'un second modèle. Une annonce relayée par la présidence sans toutefois donner de calendrier précis. VW a mis en place une usine d'assemblage du modèle Polo Vivo au Kenya en 2016, après un arrêt de production de 40 ans.

Reprise après la tempête

Selon Thomas Schaefer, président de la filiale sud-africaine de VW, la multinationale envisagerait de lancer la production d'un nouveau modèle dans son usine de Thika, probablement un petit SUV. Le constructeur automobile s'est également engagé à renforcer la production actuelle de la Polo Vivo de 300 véhicules. Pour rappel, les objectifs de production initiale de l'unité d'assemblage de Thika étaient de 1 000 véhicules. Un nombre qui devrait atteindre 5 000 unités par an.

L'unité industrielle de VW a pour rappel produit son premier véhicule en 2017, soit un an après son installation. Les troubles politiques qui ont secoué le pays depuis les présidentielles d'août dernier et la paralysie partielle de l'économie kényane expliquent en partie la différence de taille entre la production qui a stagné à 150 unités et les objectifs initiaux. Il n'empêche que l'annonce de VW a été accueillie positivement par les autorités et la presse kényane.

Une annonce qui conforte l'administration Kenyatta

La croissance du secteur automobile est l'un des éléments clés du programme d'industrialisation de l'administration Kenyatta. Cette dernière a également promis aux Kényans l'accès aux logements à prix abordables et la mise en place d'un système de santé universel.

Par ailleurs, la montée en régime de l'usine VW vise à introduire une offre locale alors que le marché automobile kényan reste dominé par les importations de véhicules de seconde main, plus abordables, en provenance de pays comme le Japon et les Emirats Arabes Unis. Le secteur automobile constituait en 2014 le quatrième poste d'importation du pays et avait enregistré une progression de 300% entre 2003 et 2012. Selon le cabinet Deloitte, si la tendance actuelle se maintient (un taux de croissance des importations situé entre 10% et 12% par an), le parc automobile kényan devrait atteindre 5 millions de véhicules en 2030.

La dernière frontière

Volkswagen n'est pas l'unique constructeur à s'être installé dernièrement au Kenya. Isuzu, Toyota, Nissan, Mitsubishi et Peugeot ont également mis sur pied des unités d'assemblage dans ce pays d'Afrique de l'Est. Le groupe allemand avait justifié son choix du Kenya par l'attractivité de l'économie et les opportunités offertes par ce dernier. VW a également cité «un excellent système d'éducation et de formation et un âge médian de 20 ans qui offrent un excellent potentiel de croissance de marché qui pourrait atteindre à terme 350 000 véhicules particuliers par an».

Le constructeur automobile se montre ainsi confiant sur le potentiel de croissance offert par le marché subsaharien. Le véhicule produit au Kenya est revendiqué par VW comme le modèle de voiture de tourisme ayant connu le plus de succès sans sous-région. Cet enthousiasme des constructeurs automobiles pour le Continent est partagé par le cabinet Deloitte qui, dans un rapport publié en 2016, décrit l'Afrique comme la «dernière frontière» pour l'industrie automobile à cause de son «énorme» potentiel de croissance. Le taux de motorisation continental en 2017 était de 44 véhicules pour 1 000 habitants en 2017, contre une moyenne mondiale de 180 véhicules.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :