Angola : un nouveau projet pour booster l’industrie des boissons

 |   |  514  mots
(Crédits : DR)
L’industrie des boissons en Angola ne cesse de bouger. L’unité technique pour l’investissement en Angola vient de donner son « ok » pour la lancement d’une nouvelle usine de production de jus, d’eau et de vin. Le projet qui est le fruit d’une collaboration entre acteurs économiques locaux et étrangers vise la production de 80 millions de litres de boissons par an.

C'est un projet visant à booster l'industrie des boissons en Angola qui sera bientôt mis sur pied. Une nouvelle usine de production, d'emballage et de distribution de jus, eau et vin va être construite à Luanda sous l'étiquette de Grupo Sun Ocean Lda, une nouvelle société née d'un partenariat entre la société angolaise Sun Ocean Holdings Ltd, l'équato-guinéenne Embasa, et le groupe international d'investissement basé en Suisse Quantum Global Group (QGG), annonce ce dernier ce mardi 15 août par voie de communiqué. Actif dans le domaine des investissements en private equity et celui de la gestion des investissements directs en Afrique, QGG finance des projets dans divers secteurs, à savoir l'agriculture, la santé, l'hôtellerie, l'exploitation minière et du bois, ainsi que l'infrastructure.

Objectif: 80 millions de litres de boissons par an

« Je suis vraiment ravi de la création de ce projet. [...] Nous remercions le conseil d'administration de l'UTIP ainsi que nos nouveaux partenaires dans Grupo Sun Ocean Lda pour leur engagement. Quantum Global est ravi d'investir dans un secteur qui contribuera grandement au secteur des boissons et des boissons de l'Angola ainsi qu'à la diversification de l'économie angolaise », a déclaré Martin Bachmann, Group Head Active Management, Quantum Global Group.

En mettant en œuvre ce projet de production locale de boisson, la nouvelle société ambitionne de « contribuer à la stabilité et au développement continu du secteur des boissons et des boissons du pays ainsi que de la création importante de nouveaux emplois et de chaînes d'approvisionnement complètes ». Après sa pleine entrée en service, l'usine vise une production de 80 millions de litres de jus, d'eau et de vin par an, ainsi que la création de plus de 400 emplois directs.

Un secteur qui compte

En Angola, le secteur des boissons est régulièrement mis en avant récemment en raison de son dynamisme. Selon l'Association le secteur à lui-seul a généré 14 000 emplois directs et 42 000 indirects ces dernières années à travers tout le pays. « Il y a 10 ans, nous avions une forte main d'œuvre étrangère qui a été remplacé, de manière progressive, ce qui nous a permis aujourd'hui d'avoir ce nombre, avec un écart d'environ 15 pour cent de la main-d'œuvre de la main expatriée », expliquait en juin dernier à la presse locale le président Manuel Sumbula.

Le secteur des boissons est l'un de ceux sur lesquels le gouvernement angolais a misé dans le cadre du renforcement de sa diversification économique. Dans ce sens, le pays a connu plusieurs nouveaux projets d'usines ces dernières années, que ce soit pour la production d'eau minérale ou de bière. Lors d'une récente visite d'évaluation du fonctionnement des industries de boissons, la secrétaire d'Etat à l'Economie, Laura Monteiro, saluait encore le « rôle clé » de la production nationale des brasseries dans la substitution des importations notamment. A présent, Luanda songe aux voies et moyens permettant de mieux soutenir ce secteur, afin de favoriser une plus grande production locale de matière première.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :