Diamants : l'analyste Zimnisky mise sur le Botswana

 |  | 391 mots
Lecture 2 min.
La mine Jwaneng de Beers au Botswana a une capacité de production annuelle d'environ 35 millions de carats.
La mine Jwaneng de Beers au Botswana a une capacité de production annuelle d'environ 35 millions de carats. (Crédits : Reuters)
Le diamant risque de devenir de plus en plus rare. La pierre précieuse est actuellement très demandée sur le marché mondial. Sauf que les plus grands conglomérats diamantaires ont prévu d’augmenter cette année leur capacité de production, surtout au Botswana qui abriterait l'une des dix plus grandes mines au monde.

La production mondiale de diamant extrait devrait connaître une hausse de 11,5% en glissement annuel, soit à 142,3 millions de carats, représentant ainsi une augmentation de 9,9% de la valeur totale prévue. C'est une estimation de l'analyste indépendant du diamant Paul Zimnisky qui, pour soutenir son argumentaire, s'appuie sur une forte productivité notée au niveau des dix plus grandes mines par valeur au monde, surtout au Botswana et dans une moindre mesure, au Canada.

Les dix mines assurent 58% de la production mondiale. Classée au premier rang, la mine Jwaneng de Beers au Botswana fournit à elle seule près de 15% de cette production. La société minière dispose actuellement d'environ 35 millions de carats de capacité de production et devrait produire 32 millions de carats, soit 91% de capacité cette année. Alors qu'en 2016, elle était de  83% seulement, a expliqué Zimnisky dans un commentaire. Opérationnelle depuis 1982, la mine mesure actuellement plus de 500 mètres de profondeur.

Une forte demande sur le marché mondial

Au Canada, les chasseurs de trésor sont également très actifs. Le pays compte cinq mines de diamant dont deux récentes de classe mondiale, Gahcho Kué et Renard. Dotés d'une infrastructure à la fine pointe de la technologie, ces deux gisements devraient mettre sur le marché mondial près de 4,5 millions de carats d'approvisionnement supplémentaire cette année. La production est estimée à 500 millions de dollars. Cette hausse de production très importante au Botswana et au Canada est imputée à la forte demande de diamant brut, constatée durant le premier trimestre de l'année 2017, notamment aux Etats-Unis et en Chine.

«La croissance de la demande cette année est susceptible de provenir d'un marché américain post-électoral, où l'emploi est stable et le marché boursier est à la hauteur de tous les temps, générant un sentiment positif qui devrait se traduire par des dépenses discrétionnaires», a déclaré l'analyste basé à New York.

Les États-Unis et la Chine sont les plus grands marchés de bijoux en diamant au monde. Ils accaparent respectivement 45% et 16% de la demande mondiale. Depuis le début de l'année, note le magazine Creamer Media's, les prix du diamant brut ont augmenté de 0,9%, et les prix brillants ont diminué de 4,1%. Au cours de l'année 2016, brut et poli ont tous deux augmenté, respectivement de 13,2% et 2,1%.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :