Le duo Heineken-CFAO démarre sa brasserie ivoirienne

Le brasseur Heineken vient d’inaugurer sa nouvelle unité de production en Côte d’Ivoire. Un projet qui repose sur une joint-venture avec le groupe français CFAO et qui devrait permettre la production de quelques 1,6 millions d’hectolitres de bières par an. Une brasserie qui a nécessité une enveloppe de 150 millions d’euros. En plus de positionner durablement le duo Heineken-CFAO sur le marché ivoirien des boissons alcoolisées, cette implantation s’inscrit également dans les plans de changement de supply-chain du néerlandais Heineken. Ce dernier vise à atteindre en 2020, un taux de 60% de matières premières africaines dans sa supply-chain.
Amine Ater
(Crédits : Reuters)

Le géant mondial de la bière, Heineken vient de finaliser son implantation en Côte d'Ivoire, en inaugurant une brasserie dans la zone industrielle d'Anyama, à 24 kilomètres d'Abidjan. Une unité industrielle née suite à la joint-venture avec le groupe français CFAO, baptisée Brassivoire. Une entité détenue à 51% par Heineken et 49% par CFAO.

L'amont agricole stratégique pour la JV

Cette nouvelle structure a été dotée d'un capital d'un peu plus de 24 milliards de F Cfa. La mise en place effective de cette joint-venture a nécessité un investissement de 100 milliards de F Cfa, soit environ 150 millions d'euros pour une capacité de production estimée à 1,6 million d'hectolitres de bières par an. D'ailleurs, Brassivoire produira une bière dédiée au marché ivoirien en plus de distribuer des marques ombrelles du groupe néerlandais. Le brassier revendique par ailleurs, une volonté d'accompagner le développement de la filière rizicole ivoirienne en incorporant du riz en complément du malt d'orge naturellement utilisé dans la fabrication de la bière.

« L'inauguration de notre nouvelle brasserie marque pour nous le démarrage d'un véritable projet agro-industriel en Côte d'Ivoire, dont l'impact se mesure déjà très concrètement en termes d'emplois et qui devrait s'étendre à d'autres secteurs, notamment la filière rizicole. Nous voulons proposer de nouveaux standards, en phase avec les nouveaux besoins des consom­mateurs ivoiriens », soutient Alexander Koch, directeur générale de Brassivoire.

Objectif : 60 % de matières premières africaines dans les bières Heineken

Cette intégration du riz dans le process industriel de la joint-venture s'inscrit dans le cadre d'une politique de cost-killing. En effet, s'appuyer sur les chaînes d'approvisionnement locales devrait permettre à Brassivoire de réduire ses coûts de transport et d'importation. L'objectif d'Heineken est également de participer à la structuration du réseau agro-industriel ivoirien. Un effort qui permettra au groupe néerlandais d'atteindre un taux de 60% de matières premières agricoles en provenance d'Afrique dans sa supply chain et ce, à l'horizon 2020.

Le choix de la Côte d'Ivoire pour cette implantation s'explique par les 8,5% de croissance qu'a enregistré le pays en 2016. Un dynamisme économique qui repose sur un climat des affaires jugé « bénéfique » par le duo Heineken-CFAO, une économie diversifiée ou encore l'émergence d'une classe moyenne urbaine. L'objectif pour la joint-venture reste le renforcement des chaînes de valeurs locales. Heineken à elle seule compte pas moins de 27 projets d'approvisionnement en matières locales (sorgho, malt d'orge, riz....) en cours dans 13 pays répartis entre l'Afrique et le Moyen Orient.

Amine Ater
Quelles réponses aux enjeux environnementaux et énergétiques en Afrique ?

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 1
à écrit le 11/04/2017 à 3:06
Signaler
bonjour,je souhaite un bon succes au groupe heineken.aussi en cas de recrutement je desir postuler.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.