Tanzanie : les contrats miniers examinés à la loupe

 |   |  451  mots
(Crédits : Reuters)
Pour mieux contrôler les exportations de concentrés de cuivre en Tanzanie, les parlementaires ont décidé dimanche de faire examiner les contrats miniers signés avec des entreprises étrangères. Cette action parlementaire intervient dans un contexte d’importantes saisies de minerais au niveau du Port de Dar es Salaam moins d’un mois après l’instauration de l'interdiction sur les exportations de minerais bruts non traités.

Les parlementaires Tanzaniens veulent mettre fin à l'anarchie qui règne dans le secteur des exportations de concentrés de cuivre dans leur pays. Ils ont décidé dimanche que les contrats miniers doivent désormais être soumis à des examens pour plus de transparence et de profits. Cette action parlementaire intervient un jour après que les autorités portuaires en collaboration avec les agents de sécurité nationale du pays ont saisi 260 conteneurs avec des concentrés de cuivre de la mine d'or de Buzwaki stockés dans le port de Dar es Salam.

Embargo sur les exportations de minerais bruts

Un minéral est considéré comme riche à partir de 1,8% de cuivre alors que les autorités du pays sont convaincues que les concentrés de cuivre contenus dans la plupart des conteneurs destinés à l'exportation ont une teneur minérale de 90%. Début mars, le pays a opté pour l'interdiction de toute sorte d'exportation de minerais bruts pour faciliter le développement d'une réelle industrie de minéralurgie permettant ainsi de créer de nouveaux emplois au niveau local. Seulement cette nouvelle règle est souvent violée.

Selon l'agence de presse chinoise XINHUA, la semaine dernière, le président tanzanien John Magufuli a visité le port de Dar es Salaam et a ordonné la saisie de 20 conteneurs transportant des concentrés de cuivre avant de renvoyer le secrétaire permanent du ministère de l'Énergie et des minéraux, Justin Ntalikwa, apparemment lié à cette affaire.

« On a l'impression que nous sommes trompés comme une nation sur cette question, donc en tant que parlement, nous avons décidé de jouer notre rôle de conseiller le gouvernement sur la question", a déclaré Job Ndugai, président de l'Assemblée nationale Tanzanienne à l'agence chinoise de presse.

Tirer profit des ressources minières

Chaque année plus 50.000 conteneurs quittent le pays soit plus d'un million depuis 1998, date à laquelle la loi permettant les exportations a été votée.

Avec une économie axée sur l'agriculture et l'industrie minière, la Tanzanie est une véritable mine d'or mais les Tanzaniens peinent malheureusement à tirer suffisamment profit de leurs ressources minières. Le secteur des mines ne représente que 3 à 4% du produit national brut(PIB) alors qu'il occupe le quart des exportations. D'ici 2025 le gouvernement Tanzanien espère porter cette proportion à 10% en libérant le secteur mais cette politique largement entamée depuis les années 1990 n'a pas encore porté véritablement ses fruits. Producteur et exportateur de diamant, la Tanzanie possède les plus grandes réserves d'or du continent après l'Afrique du Sud. Elle concentre plus de 15% des investissements en Afrique dans le secteur des mines.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :